Rétrospective 2018 : l'avis de Julien

Julien 07 janvier 2019

Ca y est, la Terre a fini son petit tour autour du Soleil pour la 2018e fois depuis sa création (non?) et le temps est venu pour tous les sites internet de la planète de sortir leurs rétrospectives et top 100 plus ou moins pertinents, pour faire le point sur ce qui s'est passé de bon ou non durant cette période. Nageant dans l'originalité, on a décidé de faire de même chez VRDA, et après les quelques mots de Pierre (notre stagiaire à plein temps), voici mon petit bilan personnel.

La scène française au top

Quand je regarde en arrière sur les projets qui m'ont vraiment plu cette année, je remarque que la majorité sont français (j'avais déjà fait le même constat l'an passé). Comme quoi, pas besoin de chercher bien loin pour trouver de la qualité. Bon, c'est vrai, sur VRDA on cherche avant tout à promouvoir la scène nationale quand on peut et ça a du forcément jouer sur le ratio de trucs que j'ai écoutés en 2018, mais franchement on peut dire que globalement les frenchies ont fait fort une fois de plus. La synthwave (quasiment née chez nous) a vu l'arrivée de l'excellent premier album d'HOLLYWOOD BURNS, le quatrième album studio de THE ALGORITHM ou encore le retour de CARPENTER BRUT dans un style légèrement différent. Le metal a accueilli le très bon The Final Cut de KAMERA OBSCURA et on a eu la chance de découvrir le premier EP de DXVXDXD SXLF, groupe à surveiller de très près. Côté joyeux bordel jouissif, on a eu le Brame de RUBY MY DEAR et le décomplexé Duality de RACELESS a quant à lui squatté les enceintes de la C4 tout l'été.

La liste est encore longue (WE ARE THE LINE, MONOLYTH, ELVIN ROAD, MY GREAT BLUE CADILLAC, ELE YPSIS, LES TAMBOURS DU BRONX, OBSZON GESCHÖPF... et globalement tout le catalogue du label Audiotrauma) et j'en profite pour remercier tous ces groupes pour, déjà, les sensations qu'ils nous apportent au travers de leur musique, mais aussi pour leur soutien dans le partage de nos articles et la visibilité qu'ils nous donnent. Etre un webzine indépendant n'est pas simple mais quand on voit les nombreux retours positifs qu'on récolte (il paraît même que des gens nous lisent !), ça pousse à continuer le taff pour promouvoir cette scène qui nous plait tant. Quand on sait qu'un article sur SHAÂRGHOT ou PUNISH YOURSELF représente 350% du trafic sur le site, on pourrait tout aussi bien s'arrêter là mais ça ne serait pas drôle ! (smiley qui rigole à gorge déployée)

L'international, pas mal aussi

Bien sûr à côté de tout ça, il y a aussi les "gros", les AAA, les artistes internationaux voire galactiques. Etant donné qu'il s'agit de mon groupe préféré, j'attendais assez le nouvel album de THE PRODIGY et je n'ai pas été déçu. On a assisté à l'avènement de ZEAL & ARDOR et son incroyable Stranger Fruit. Le retour de MINISTRY à un son lourd a fait son petit effet également. Mais la révélation c'est sans nulle doute SKYND qui a su imposer son style et son univers en un seul EP.

Dans les moins gros, je recommande le très bon Twincest Games de DOGANOV aux amateur de metal industriel, le Direct Memory Access de MASTER BOOT RECORD dans lequel Laurent Lunoir (ÖXXÖ XÖÖX, IGORRR...) est venu pousser la chansonnette ou encore le Negative Etiquette de NOIRE ANTIDOTE pour les fans de witch house.

Voilà voilà, ayant fait assez peu de concerts/festivals cette année, je ne ferai donc pas un top des meilleurs shows en 2018 et je finirai sur mon top 10 tout personnel sur les sorties chroniquées sur VRDA :

Hollywood Burns - Invaders
Zeal & Ardor - Stranger Fruit
Raceless - Duality
Skynd - Chapter 1
The Prodigy - No Tourists
Carpenter Brut - Leather Teeth
Daron Malakian and Scars on Broadway - Dictator
Ruby My Dear - Brame

Ministry - AmeriKKKant
The Algorithm - Compiler Optimization Techniques