Chronique | Rammstein - Liebe Ist Für Alle Da

Erick 16 octobre 2009

C'est après 4 années d'attente que Rammstein nous dévoile son nouvel album. Lourde tâche pour ce titan du metal qui emporte une vague d'adorateurs de plus en plus vaste. Le groupe annonçait ces dernières années avoir écrit une trentaine de nouveaux morceaux. Une fois de plus la recette est simple, 11 nouveaux titres autour d'un concept 'l'Amour pour Tous', assorti des sonorités plus sèches. Le premier single de l'album ne présageait pourtant rien de bon, le groupe ayant choisi pour son retour son single le moins 'sophistiqué' mais aussi le moins novateur. La pochette de l'album plus ou moins inspirée de 'La Cène' n'est pas sans rappeler 'Mein Teil'. C'est peut-être ce qui représente le mieux l'impression globale que dégage l'album qui semble plus dur que ses prédécesseurs avec des morceaux tels que 'Rammlied' à l'ambiance apocalyptique, et 'Waidmanns Heil' dont les passages à un chant presque 'folklorique' ne manquent pas d'étonner. 'Rammlied' reprend une nouvelle fois le nom du groupe, celui-ci aime signer ses textes, et déclare son retour brulant. Plus dans la légerté, l'album donne aussi 'Ich Tu Dir Weh' dont l'ambiance atmosphérique l'associerai pour un peu à l'album Rosenrot (avec 'Spring' ou 'Wo Bist Du'); et 'Haifish'est serait le maillon entre 'Los' et Depeche Mode. Encore une fois, la surprise est complète, le groupe a réussi à élaborer un univers et un son complètement neufs. Les vocaux de 'Buckstabu' marquent un pic de corrosivité remarquable. On débouche alors sur un morceau mélancolique avec 'Frühling in Paris' dont le refrain fait un clin d'œil amusant à la culture Française avec 'Non, je ne regrette rien' d'Edith Piaf. Cette utilisation de la langue française n'est pas sans évoquer le morceau 'Amour' clôturant l'album Reise Reise. L'album alterne avec brio ses différentes atmosphères de velours et de rage. Pussy donnant sa touche de loufoque indispensable pour un bon album de Rammstein. D'ailleurs la fin de l'album verra le mélange de ces rythmes avec 'Weiner Blut' et 'Mehr' peut-être le morceau le moins intéressant de l'album ; puis un metal sec avec 'Liebe ist Für Alle Da' avant de déboucher sur un final mélancolique avec 'Rotersand'. Pour finir l'édition limitée contient quelques morceaux bonus très sympa mais qui semblent bien fades en comparaison de l'album, écoutez toutefois 'Donaukinder' évoquant de loin les thématiques de l'album Mutter et ses magnifiques chœurs de fin. On a eu chaud mais l'album est une merveille, INDISPENSABLE !