Kælan Mikla + Kanga @ Petit Bain - Paris (75) (18 avril 2022)

Live Report | Kælan Mikla + Kanga @ Petit Bain - Paris (75) (18 avril 2022)

Pierre Sopor 21 avril 2022 Pierre Sopor

Les trois Islandaises de KÆLAN MIKLA étaient de retour à Paris le temps d'une soirée organisée par Persona Grata, sur les planches de Petit Bain où elles avaient ouvert pour KING DUDE en 2018 (on y était). Cette fois-ci, c'est en tête d'affiche et la salle se remplit très vite : après avoir tourné notamment avec ALCEST, KÆLAN MIKLA continue de convertir un public toujours plus large. Ce succès est amplement mérité pour le groupe qui fait partie de ce que les scènes gothiques et darkwave ont offert de mieux ces dix dernières années. Mais avant de voir si le charme opère toujours, KANGA ouvrait la soirée.

KANGA

KANGA aussi est en pleine explosion. La réputation grandissante de ce projet solo de pop industrielle a de quoi intriguer. Il se dit que KANGA est une bête de scène, et l'artiste a travaillé notamment pour le cinéma (The Conjuring II, The Nightmare, The Devil's Carnival II) mais aussi remixé 3TEETH et collaboré avec AESTHETIC PERFECTION. Sur scène, en effet, l'artiste fait preuve d'une belle énergie, elle assume à la fois de faire le show seule et de proposer un cocktail qui peut diviser. KANGA mélange électronique sombre et rengaines pop... le tout couronné d'une séance de fitness tout en contorsions et flexions ! L'énergie fait plaisir à voir et suscite la sympathie, le courage de présenter cet univers atypique avec autant de fougue aussi. On peut néanmoins regretter que, dans cette démarche, le mix général manque un poil d'agressivité. Peut-être sa voix aurait mérité d'être plus présente pour mieux détacher ses lignes de chant, mais on peut aussi être curieux de voir ce que ça donnerait avec de vraies percussions sur scène pour gagner en agressivité, en corps et en punch. Cependant, c'est cohérent avec la musique proposée, facile à écouter, facile à suivre et à la fois entraînante, mélancolique et apaisante. Pour l'anecdote, c'était aussi l'anniversaire de la musicienne : on espère qu'elle aura l'occasion d'en célébrer d'autres sur scène avec la même générosité et la même énergie.

Setlist :
01. Preface
02. Home
03. Godless
04. Touch
05. Brother
06. Interlude
07. Moscow
08. Violence
09. Ritual City
10. Say Goodbye
11. Waiting
12. Untie
13. Vital Signs

KÆLAN MIKLA

Le show de KÆLAN MIKLA est rodé. Les trois musiciennes évoluent dans la pénombre, Laufey Soffia prenant toute la lumière pendant que Margrét Rósa à la basse se cache derrière ses cheveux et Sólveig Matthildur tripatouille ses machines dans le noir. Pourtant, on note une évolution au fil des années et des concerts : pas d'encens ni de bougie cette fois et un écran diffuse quelques motifs abstraits derrière les trois musiciennes. L'impression qui s'en dégage est plus chaleureuse, à l'image des lumières oranges qui éclairent la scène et ce malgré une entrée sur l'incisive et superbe Svört Augu, un des derniers restes glacés du dernier album. On est moins face à un obscur rituel de sorcellerie, froid et mystérieux, que face à un moment d'échange où l'introspection mélancolique prend le dessus sur les humeurs frigorifiées. Le chant haut perchée de banshee, les rythmiques minimalistes et la basse très post-punk caractéristiques des débuts ont laissé place à une électronique douce, plus shoegaze que tranchante (bien que les titres plus anciens comme Kalt résonnent avec toujours autant de puissance). A l'image de son dernier album Undir Köldum Norðurljósum (chronique), KÆLAN MIKLA s'est adouci, les nappes de synthé sont moins inquiétantes et, dans leur aspect planant assez uniforme, les mélodies marquent peut-être moins l'esprit. On apprécie néanmoins toujours autant la magie qui se dégage de titres comme Nótt Eftir Nótt ou Sólstöður, les rythmiques plus angoissées de Draumadís et Nornalagið et, parmi les nouveaux morceaux, on se surprend à trouver Stormurinn et sa mélodie séduisante bien plus poignante en live qu'en studio. On a certes perdu en mystère, en noirceur et en frissons mais on peut aussi se dire que ce visage de KÆLAN MIKLA plus doux, moins mouvementé, leur va finalement tout aussi bien et correspond à la bienveillance discrète, presque timide, des trois musiciennes.

Setlist :
01. Svört augu
02. Ósýnileg
03. Draumadís
04. Upphaf
05. Örlögin
06. Kalt
07. Nótt eftir nótt
08. Kælan Mikla
09. Sírenur
10. Stormurinn
11. Hvernig kemst ég upp?
12. Skuggadans
13. Nornalagið
14. Ándvaka
15. Næturblóm
16. Sólstöður
17. Hvítir Sandar