Chronique | Sybreed - Antares

Erick 07 septembre 2004

Avec cet album les Suisses de Sybreed franchissent encore des étapes par rapport à Rain. Les compositions de Drop et le chant de Ben prennent toute leur ampleur et procurent à Sybreed une personnalité bien à eux. Moins basé sur l'électronique que son prédécesseur, cet album verra avant tout s'accentuer la diversité des univers qui forgent le groupe. Bien qu'il soit essentiellement composé par Drop (Guitares), cet album met en avant le vocaliste et laisse plus de place à l'expression de ses talents, nourris d'une multitude d'influences allant du Black Metal à la New Wave en passant par le Metal Hardcore. Mais Sybreed veut rester avant tout un groupe de metal extrême, et cet album va le prouver ne laissant la place à aucune commodité, aussi nettement moins accessible qu'auparavant. Il martèle un metal intensif du début à la fin avec pour rares répits 'Ethernity' et 'Isolate' qu'on qualifierait presque de 'chansons' dans l'album. 'Ethernity' en particulier est dotée d'un univers très spatial. Cela nous rattache complètement ? l'univers de l'album dont le nom évoque 'Antares' une supernova, prête à exploser. Notion que l'ont retrouve parmi des morceaux littéralement explosifs, des plus marquants. On s'arrêtera entre autre sur 'Emma-0' qui ouvre l'opus, 'Revive My Wounds' et 'Dynamic', qui mettent particulièrement en avant leur influence majeure : Meshuggah, ou encore Fear Factory. La batterie gagne encore en technicité sur l'album. Plus personnelles encore, 'Neurodrive' et 'Twelve Megatons Gravity' sont deux merveilles de cet album, un dosage parfait entre les envolées lyriques et un metal furieux. 'Permafrost' expérimente des ambiances plus Black, aux rythmes saccadés. "Hybride", voilà peut-être le terme le plus au cœur du travail de Sybreed et cette quête prend une ampleur considérable dans cet album. Un peu moins accompli et plus complexe que 'Slave Design' qui usait de recettes plus attendues mais aussi moins audacieuses, 'Antares' fonctionne comme une boite de pandore. Cela ne prédit que du bon pour l'avenir du groupe, maestro du genre, et qui commence déjà à inspirer de nouveaux groupes.