Hellfest 2020

Chronique | Prime Sinister - United In Violence

Pierre Sopor 28 mars 2008

Bien que PRIME SINISTER n'existe officiellement que depuis 2006, le groupe est en fait la continuation d'UNDERCOVER SLUT... ou plutôt de ces anciens musiciens, séparés du chanteur O. Ce qui explique l'intérêt porté à ce groupe en fait pas si récent, avant-même que n'arrive leur premier album United In Violence. Intérêt qui se justifie à l'écoute du disque, le groupe nous proposant un metal industriel violent, dans une veine très dark, à la production impeccable. L'expérience et le talent sont bien présents, comme le suggérait l'EP précédent. On retrouve donc cette musique frontale, sans concession, l'album étant un véritable enchainement efficace de rythmiques monstrueuses (Eat The Flesh). Si l'influence de groupes comme MINISTRY est évidente, le groupe se réclame aussi de MOTÖRHEAD, le chant rauque de Pills évoquant parfois celui de Lemmy Kilmister (Buried Alive tout particulièrement, une des meilleures pistes). Au sein de cette déflagration, on remarque So Close, plus lente et au chant surprenant, tranchant avec le reste par son ambiance plus angoissante et hantée. United In Violence s'impose comme un album marquant de ce début d'année, charge furieuse et dévastatrice. Et même si quelques compositions rappellent les anciens travaux de PRIME SINISTER (Bum's Fight, Don't) leur identité s'affirme clairement, grâce à la dureté du son, un chant atypique et une musique ultra accrocheuse (In Guns We Trust). Le choix du trio de continuer à faire de la musique ensemble, et d'y insuffler leur hargne et leur puissance est donc légitime, vu la qualité de ce premier album.