Chronique | Marilyn Manson - The High End of Low

Erick 20 mai 2009

Depuis peu le nouvel album de Marilyn Manson a fait son apparition. Un album qui a marqué le retour de Twiggy Ramirez, acolyte emblématique et indissociable des plus grandes heures du groupe, très présent dans ces nouvelles compositions. L'album annoncé comme étant le plus 'heavy' et le plus sombre de sa discographie ne finira cependant pas là où nous l'attendions. Si Manson est en perte de vitesse depuis la sortie de Eat Me, Drink Me au rock langoureux, trop délicat pour satisfaire l'excitation que procurait ses prédécesseurs, ce nouvel album scindera la poire en deux ; entre les tourments sentimentaux de l'artiste qui occupent encore une place importante, et un retour au front, à ses sources. Malheureusement le résultat se ressent mitigé, difficile de s'en imprégner lorsqu'on passe constamment et sans rapprochement d'un morceau teigneux 'Pretty As A Swastika' à une balade langoureuse 'Leave A Scar'. L' album manque d'une identité réelle, les références à ses réussites sont innombrables mais manquent de piquant. Outre-passons ces points faibles, l'album décèle une panoplie de nouveaux morceaux réjouissants comme 'WOW' qui fait office d'ovni de l'album, marqué des petites bouffonneries de Twiggy qui se faisaient assez rares depuis le tout premier album du groupe. Ce morceau nous renvoie à 'I Have To Look Up Just To See Hell' qu'on ne manquera pas d'associer musicalement à 'I Put A Spell on You' présent sur l'EP 'Smells Like Children'. Certains morceaux comme celui-ci ont une petite touche de guitare folklorique plaisante comme l'ouverture de 'Four Rusted Horses' et 'Arma-Goddamn-Motherfuckin-Geddon'. 'I Want To Kill You Like They Do In The Movies' nous renvoi aux instants les plus sombres du paysage mansonnien. Ce morceau de plus de 9 minutes est un vrai délice. 'Blank And White' et 'Wight Spider' sont plus proches de l'ère Mechanical Animals. Le reste de l'album est déjà moins palpitant et dans la prolongation des dernières productions en date. A noter tout de même une très belle balade 'Running To The Edge Of The World' au cœur de l'album. Dans l'ensemble tout porte à croire que Marilyn Manson est loin d'en avoir fini. L'album manque un peu d'expérimentations vocales, mais son retour à la simplicité est plus qu'enthousiasmant.