Hellfest 2020

Rétrospective 2017 : l'avis de Tanz Mitth'Laibach

Tanz Mitth'Laibach 03 janvier 2018

2017 a été une année de renaissance musicale pour moi, et c'est en bonne partie grâce à VRDA : depuis longtemps, je délaissais la musique pour d'autres investissements, écrire des chroniques pour VerdamMnis que j'ai intégré cette année-là m'a rendu la motivation d'y consacrer plus de temps et m'a permis de découvrir de nouveaux groupes ! Retour sur cette année riche.

2017 a heureusement apporté son lot de bonnes choses pour les genres que j'écoute, principalement gothiques et industriels. Petit top !

TOP 10 - 2017

1/ DIE FORM toujours en forme

Oui, ce titre est sponsorisé par l'amicale des jeux de mots moisis, mais qu'importe : le vétéran de la scène industrielle française DIE FORM nous a sorti un excellent album d'electro-indus au cours de l'année écoulée, riche et perturbant de bout en bout, l'un des meilleurs d'une discographie qui compte déjà de très grands albums ! Ma chronique ici.

2/ COLLECTION D'ARNELL-ANDRÉA en concert au Batofar

COLLECTION D'ARNELL-ANDRÉA est mon groupe préféré, hélas c'est aussi un groupe qui se fait très rare de nos jours après une magnifique carrière entre néoclassique gothique, coldwave et darkwave. Mais ses trop rares concerts sont des évènements à ne pas rater, et celui donné par les Orléanais cette année à Paris était un moment grandiose d'immersion dans les atmosphères fantomatiques du groupe. Et quel frisson lorsqu'ils ressortent du placard la poignante Comme un marbre de roses de 1988 ! "À l'année prochaine !", a lancé la chanteuse Chloé Saint-Liphard lorsqu'il eut touché à sa fin, non sans un sourire d'autodérision. À ne rater sous aucun prétexte !

3/ LAIBACH, jamais où on l'attend

2017 semble avoir été une année de retour des anciens de la musique industrielle, puisque peu après DIE FORM, ce fut au tour de LAIBACH de sortir un nouvel album, en fait la BO d'une pièce de théâtre, Also Sprach Zarathustra : et, comme d'habitude et encore plus cette fois-là, les Slovènes prennent tout le monde de court ! C'est en effet un album austère et très industriel comme les débuts du groupe mais en plus contemplatif, déconcertant après le très pop Spectre ! Si cela ne plaira pas à tout le monde, le virage est réussi, aboutissant à un album riche, surprenant et immersif. Ma chronique ici.

4/ SUICIDE COMMANDO passe en mode Dracula

Converti à la dark electro par :WUMPSCUT:, je n'ai en revanche jamais été un fanatique de SUICIDE COMMANDO : tout en adorant certains titres, son univers me paraît habituellement quelque peu redondant. Cependant, intrigué par la chronique de Pierre Sopor (ici), je jetais cette année une oreille à son album Forest of the Impaled, évocation assez surprenante de sa part de la légende entourant Vlad Tepes ; très bonne surprise, le disque offre des ambiances glaciales rafraîchissantes -enfin je me comprends !

5/ UBIKANDE ou la revanche de la coldwave

C'est l'un des avantages de VerdamMnis : on fait parfois de belles découvertes en fonction des groupes qui nous contactent, et celle-ci fut une très bonne surprise ! UBIKANDE, jeune groupe coldwave qui sortit en 2017 son deuxième EP Mania, propose en effet une ambiance glacée et pesante comme on en voit peu -ma chronique ici.

6/ THE SHYNESS OF STRANGERS, coup de froid sur la darkwave

Si je n'en ai pas (encore ?) rédigé de chronique, THE SHYNESS OF STRANGERS a lui aussi fourni un album aux accents coldwave marqués cette année, même si on est ici sur un registre plus proche de la darkwave : Time. Froid, funèbre et obsédant, c'est une perle qui donne parfois l'impression de ressusciter JOY DIVISION !

7/ PROJECT PITCHFORK en France, parce que c'est pas tous les jours

Si les concerts darkwave de PROJECT PITCHFORK sont monnaie courante en Allemagne (voir les nombreux live reports de Cécile Hautefeuille), il est en revanche rare que le groupe franchisse le Rhin ! C'est pourtant ce qui s'est produit le 7 octobre dernier à Paris pour mon plus grand plaisir, l'occasion d'en ressortir trempé et épuisé, mais heureux. Bonne nouvelle : le groupe revient, cette fois à Strasbourg, en octobre prochain.

8/ THE FROZEN AUTUMN nous emmène en voyage

L'album The Fellow Traveler du groupe darkwave italien THE FROZEN AUTUMN n'a pas été une grande surprise, le désormais duo continue à explorer sa mélancolie glacée, cette fois sur le thème du voyage ; qu'importe, c'est toujours aussi bon ! Ma chronique ici.

9/ PUNISH YOURSELF #tournetonporc

Les cochons n'ont pas été très bien traités cette année, associés à de tristes individus, mais ils ont l'habitude. Peu importe, PUNISH YOURSELF leur dédie un bon album de metal industriel, Spin The Pig, et s'il s'inscrit dans une veine plus metal que ce que j'apprécie d'ordinaire chez ce groupe, c'est toujours jouissif, voir la chronique de Pierre Sopor !

10/ LACRIMOSA découvre la sobriété

LACRIMOSA est un groupe souvent raillé, non sans raison : l'abus de clichés et de premier degré nuit à la santé artistique, et depuis que le groupe s'est mis au metal, combiné à ses inspirations gothiques et classiques, il alterne de très beaux morceaux avec d'autres sombrant dans le pompeux le plus ridicule, souvent sur les mêmes albums... Bonne nouvelle, comme me l'apprit la chronique de Pierre Sopor : avec son album de 2017 Testimonium, Tillo Wolf découvre la sobriété. L'orchestre est en retrait pour apporter sa touche à cet album sombre, hommage aux artistes décédés en 2016. Plus de délire classique mégalomane, plus de tentative artificielle de sonner metal : de la retenue. Et cela fait un bien fou au groupe, qui d'ordinaire manque précisément de mesure ! À condition de supporter son premier degré (on ne peut changer que jusqu'à un certain point !), il en résulte un bon album de metal gothique symphonique, très pesant.

Voilà pour ce qui m'aura le plus marqué dans ce à quoi nous avons eu droit musicalement en 2017 -je ne ferai pas de top négatif, il serait redondant avec celui de mes collègues, je peux seulement ajouter que pour ma part, l'album Hell Yeah ! de KMFDM a été une nouvelle déception, me confirmant qu'il n'y a plus rien à attendre de ce groupe sinon de la fadeur et de la répétition -mais la chronique de Pierre était d'un autre avis, et tant mieux.

Naturellement, 2017 n'a pas été fait pour moi que des sorties de cette année mais aussi de la découverte d'autres groupes, parfois dans les colonnes de VerdamMnis, en suivant des conseils ou encore en farfouillant dans les pages de Carnets Noirs ; s'ils ne pouvaient figurer dans ce top 2017, j'en retiens notamment la découverte de LEBANON HANOVER avec sa darkwave blasée ainsi que celle de GRAUSAME TÖCHTER pour son électronique déjantée, voilà deux groupes que je suivrai avec attention !

En attendant, c'est l'année 2018 qui s'ouvre, et puisse la musique contribuer à la rendre belle pour nous tous.