Chronique | Tiamat - Skeleton Skeletron

Faust 11 août 1999

En 1999, le quartet suédois Tiamat revient avec un nouvel album, 'Skeleton Skeletron'. Les rythmes lents et appuyés restent de rigueur, mais les grosses guitares et les grognements ont été rangés au placard au profit d'un chant presque susurré, d'un travail plus particulier sur la composition musicale et même de l'apparition d'éléments electro dans les morceaux. Un album résolument plus gothique, très puissamment interprété par le groupe, aux textes vampiriques et aux ambiances sombres. L'ouverture se fait brutale avec le morceau puissant 'Church Of Tiamat', suivi d'un 'Birighter Than The Sun' très rock gothique. 'Dust Is Our Fare' aux paroles démoniaques surprend par ses aspects electro. 'To Have And Have Not' forme comme une envolée lyrique avec ses violons, tandis que 'For Her Pleasure' repart dans leambiance vampirique et presque perverse. Petite pause instrumentale avec 'Diyala', avant la reprise bien pensée de 'Sympathy For The Devil' des Rolling Stones. 'Best Friend Money Can Buy' est fortement empreinte de désespoir, semblant illustrer une scène cinématographique gothique et enfumée. L'intensité bascule dans quelque chose de plus positif le temps de 'As Long As You Are Mine', avant de nous faire retomber dans la déprime avec 'Lucy' qui clôt cet album sur une note extrêmement désespérée, un motif musical qui reste en tête, anéantissant définitivement toute forme de joie.