Hellfest 2020

Chronique | Tiamat - The Scarred People

Pierre Sopor 02 novembre 2012

Il a fallu quatre ans à Johan Edlund pour qu'il nous offre un successeur à Amanethes. Pas question cependant de marcher dans les pas du précédent album : alors qu'il était bien plus rugueux et sonnait plus metal que ce que TIAMAT faisait depuis quelques années, The Scarred People calme à nouveau le jeu. On retrouve dès le premier titre éponyme des ambiances familières : c'est orchestral, efficace et classique. La voix d'Edlund semble manquer un poil de souffle ou de puissance mais le morceau reste en tête rapidement. On est ravis de retrouver avec 384EKteis plus de lourdeur, une nouvelle mélodie marquante, et d'être plongé dans quelque chose de bien plus sombre que les pistes précédents. La musique de TIAMAT essaye toujours de mélanger ses influences, entre metal extrême, rock goth et hard rock, le tout dans une ambiance mystique, on pourrait limite écouter tout ça dans une église que ça ne ferait pas tâche. Il en résulte parfois une impression de patchwork pas toujours cohérent, un peu comme si les SISTERS OF MERCY avaient écouté du doom et les PINK FLOYD trop longtemps. Il en découle cependant une vraie richesse, même si on frôle parfois les frontières du kitch (Thunder & Lightning)... comme bien souvent lorsqu'on a pour influences ce qui se faisait dans les années 80 ! Au fil des années, TIAMAT est petit à petit devenu le projet solo de Edlund, et c'est donc sans grande surprise qu'il sonne aujourd'hui plus comme du LUCYFIRE (son autre projet solo), avec une plus grande part laissée à l'électronique et son ton moins violent. Ce n'est pas pour ça qu'Edlund ne fait pas la grosse voix et que les guitares ne s'énervent jamais (prenez le refrain de Love Terrorists par exemple), mais The Scarred Perople a peut être tendance à trop souvent privilégier des ambiances plus légères. Très vite, on se surprend à écouter en boucle les trois ou quatre même pistes et rapidement passer sur le reste, et c'est dommage car il y'a vraiment dans cet album de quoi retenir notre attention durablement.