Chronique | Nutcase - Smoke

Pierre Sopor 01 juin 2007

Véritable bête de scène, le groupe NUTCASE nous invite dans son univers à la fois torturé et déjanté le temps de Smoke, EP de six titres auquel une suite ne devrait plus tarder. Dès Kiss Kiss Kill, les ingrédients principaux se mettent en place : alternance voix sur-aigüe / beuglements, ou douceur / violence pour une musique barrée et un chant rempli d'émotions particulièrement communicatives. La folie qui se dégage de ce chant hors norme rappelle un mélange entre KLAUS NOMI (y compris pour les mimiques sur scène du chanteur Loki Lonestar) et MARILYN MANSON pré-Antichrist Superstar. En effet, difficile de ne pas penser à My Monkey quand Loki miaule et minaude, ou encore à Diary Of A Dope Friends lors de la plus pesante My New Skin. À cela s'ajoutent des passages plus progressifs et psychédéliques plus proches de TOOL, et des ambiances particulièrement réussies (A Big Bad Joke pleine de rancœur ou les plus tristes Hide'Seek et My New Skin). Particulièrement originale et inclassable, la musique de NUTCASE invite à la folie autant qu'au rêve (The Calling spécialement), mais surtout à être découverte sur scène tant le groupe semble vivre sa musique, la rendant encore plus forte.