In Flames @ Freiheiz - Munich (26 mars 2017)

Live Report | In Flames @ Freiheiz - Munich (26 mars 2017)

Cécile Hautefeuille 29 mars 2017 Fabien Bachmann Fabien Bachmann

Peu de temps après la sortie de leur dernier album en date Battles en novembre dernier, le groupe de métal suédois IN FLAMES annonçait une tournée spéciale et intimiste In our room, an evening with In Flames. Spéciale puisque se déroulant dans des salles de petite à moyenne capacité dans quelques pays européens dont l’Allemagne, la France, la Norvège, l’Italie ou la Suisse. Autant vous dire que pratiquement toutes les dates se sont jouées à guichets fermés et à juste titre. IN FLAMES, c’est un groupe qui va bientôt toucher sa trentième année d’existence et qui n’a pas hésité à prendre des directions incomprises par une minorité de leur public. Toujours est-il que le groupe est maître dans son domaine, qu’il remplit des Zéniths dans le monde entier et qu’il nous montre d’une façon déconcertante à chaque sortie d’album son inspiration sans limite et son savoir-faire musical.

C’est d’une manière enthousiaste (et c’est peu de le dire) que je m’apprête à assister à leur concert munichois, complet depuis le jour de sa mise en vente. 19 heures, les portes s’ouvrent et je me retrouve tout devant. Premier coup d’œil sur la scène et je me dis qu’il faut se rendre à l’évidence : il n’y aura pas de première partie. Toute la scène est arrangée de façon à ce qu’on se croit chez l’un des membres du groupe. Tout dans les moindres détails : un coin salon avec un sofa en cuir noir, des plantes, des lampadaires, une statue, des packs de bière et même un frigo. C’est sous le son de MASSIVE ATTACK et CHELSEA WOLFE entre autres qu’on se met en ambiance. La salle se remplit en à peine 30 minutes. Puis les lumières s’éteignent. Un mini-orchestre prend place sur scène et reprend le répertoire d’IN FLAMES depuis ses débuts dans un medley de 10 minutes. L’orchestre réussit à capter immédiatement l’attention de tout le public qui reste silencieux, totalement happé par ce qu'il se passe.

Puis le groupe arrive dans sa « pièce », prend place et démarre avec le titre Alias. L’ambiance est électrique aussi bien sur scène que dans le public. Sur le côté droit de la scène, un peintre canadien commence à peindre un crâne. S’en suit le titre Before I Fall, puis à la fin du morceau, Anders, le chanteur du groupe, commence un aparté avec le public. Il regarde un spectateur, lui fait remarquer sa distance entre lui et le bar, puis va chercher une bière au frigo et la lui donne. « Tu ne la gardes pas hein ! Tu la bois ! ». Ce genre de truc que l’on ne dit pas deux fois en Bavière. All for me démarre, Anders parle à Monsieur Bière (on l’appellera comme ça) qui lui fait remarquer que sa bière est vide. Le chanteur retourne au frigo pour lui en servir une autre. Le groupe interprète ensuite Moonshield, The Jester's Dance et le fameux Only for the Weak scandé avec ferveur par le public. Monsieur Bière est resservi (oui encore).

Puis, j’ai dû louper un épisode mais je pense qu’il y avait un concours pour participer au concert avec le groupe. Anders rappelle que nous assistons à un show spécial et appelle une personne du public qui est emmenée par la sécurité jusqu'à la scène. La participante s’installe sur le sofa et tape une discussion avec le groupe. Notamment sur le fait qu’elle n’aime pas la bière mais préfère le vin. Ce qui provoque évidement und franche rigolade entre le public et le groupe. Elle demande si son copain qui est fan du groupe depuis des années peut la rejoindre sur scène et le groupe accepte. Le mec a l’air de totalement halluciner ! Il participe au concert de son groupe préféré sur scène ! Puis s’en suivent cinq titres en acoustique, ce que le groupe ne fait que très rarement. Et c’est avec surprise qu’on voit le groupe reprendre Like Sand, In My Room, Through Oblivion, Dawn of a New Day sous une forme plus simple, qui participe indirectement à cette ambiance si unique cette soirée-là. IN FLAMES nous fera aussi l’honneur de reprendre Hurt du groupe NINE INCH NAILS. Anders confie que cette chanson est « soit un moment de lucidité, soit un appel au suicide ». Il nous présente enfin l’artiste peintre présent à la droite de la scène et annonce qu’une mise aux enchères est faite à chaque concert pour qu’une personne reparte avec cette pièce unique créée pendant la soirée. Il rappelle que tous les bénéfices seront reversés à une association caritative. Tout le concert est entrecoupé de discussions pour rendre le tout plus intime possible. Puis s’en suivent les titres Come Clarity, The Truth, Paralyzed, Cloud Connected, The Quiet Place et The End dans une forme plus traditionnelle. IN FLAMES finit son concert avec le Wallflower repris avec le mini orchestre.

Le groupe réussit là un bon coup. Une salle à dimension humaine, un groupe qui interagit avec le public et des titres revisités pour la tournée. Un savant mélange qui ne déçoit pas ! C’est en rentrant chez moi que je me suis vraiment rendu compte de ce à quoi nous venions d'assister : un concert unique et qui restera gravé dans la mémoire du public. Mémorable.

Setlist :

01. Alias
02. Before I Fall
03. All for Me
04. Moonshield
05. The Jester's Dance
06. Only for the Weak

Acoustique :
07. Like Sand
08. In My Room
09. Hurt (reprise de Nine Inch Nails)
10. Through Oblivion
11. Dawn of a New Day

12. Come Clarity
13. The Truth
14. Paralyzed
15. Cloud Connected
16. The Quiet Place
17. The End
18. Wallflower