Tricksterland - 2015-05-26

Interview | Tricksterland - 2015-05-26

Pierre Sopor 27 mai 2015

Projet surprenant et imprévisible, Tricksterland est aussi le nom de la planète dont sont issus Loki Lonestar et Bloody MC, les deux 'Lwas' (ces esprits du vaudou haïtien) venus répandre leur bonne parole sur Terre. Les deux ambassadeurs reviennent pour nous sur la création du projet suite à l'expérience Nutcase, sur les mélanges culturels et musicaux, sur leur avenir, mais aussi les problèmes diplomatiques qu'ils peuvent rencontrer à travers la galaxie...

Pour commencer, pourriez-vous revenir sur la création du groupe ?
Loki Lonestar : Bon, comme on t'aime bien on va te dire un secret : tout est parti de Nutcase. On est deux anciens de Nutcase, mais à l'origine j'ai eu l'idée du projet Tricksterland avec une troisième personne un peu secrète et qui tient à le rester, Skoza. On était partis dans une voie un peu hybride qui ne nous a pas plu à tous les deux, on ne s'y retrouvait pas. On s'est donc séparés, en montant chacun un projet de notre coté. Je te réexplique avec une image bien plus sympathique : toi et ta femme, vous vous aimez. Vous faites des jumeaux. Et à la fin, quand vous vous séparerez, vous vous direz chacun "bon bah je garde un jumeau" ! Et comme je me suis donc retrouvé parent solitaire, j'étais à la recherche d'une nouvelle femme et j'ai contacté Bloody MC pour lui proposer d'élever ce nouveau bébé avec moi !

C'est de cette ancienne version de Tricksterland que vient le morceau 'Sex, Drugs & Fame' datant de 2012, que l'on peut trouver sur internet ?
Loki Lonestar : Oh, ça c'est bien avant encore... Il y'a eu pas mal d'époque ! Comme tu le sais Tricksterland existe depuis presque 1500 ans maintenant, donc le temps que Youtube se crée sur votre planète, on en a fait des tournées...

Pourriez-vous revenir sur le 'trickster', ce personnage que l'on retrouve dans de nombreux mythes, mais aussi dans le logo à trois visages de Tricksterland ?
Bloody MC : C'est une image qui est partie de Loki et qui nous permet de parler d'un peu de tout : on peut être sérieux, on peut être dans l'ironie, on peut faire des musiques kitch, d'autres plus trip-hop... Cette image peut nous servir de liens entre tous les styles auxquels on touche dans Tricksterland. On aime bien l'idée que le trickster est souvent, dans les histoires, un personnage qui tend des pièges pour au final tomber dans ses propres pièges. Loki : Le trickster est polymorphe, c'est un personnage important dans toutes les cultures, qui est le pivot de beaucoup de choses.

D'où vient ce coté imprévisible et chaotique dans votre musique ?
Bloody MC : On vient tous les deux d'univers très différents en fait. Je ne viens pas du tout du hardcore ou du metal à la base. On retrouve dans Tricksterland des traces de nos deux univers, mais aussi d'univers de compositeurs avec lesquels on a pu travailler, ce qui fait à la fois la richesse de Tricksterland mais aussi nous pose problème pour trouver des dates. Comme on n'a pas de style particulier à mettre en avant, les programmateurs sont parfois frileux.

Vous vous faites également appeler les 'lwas' (esprits dans le vaudou). Quelle est l'influence du vaudou sur votre musique ?
Loki : C'est plus dans le coté scénique : cette grande fête orgiaque, une espèce de messe un peu. Bloody MC : Et il y'a ce coté brut aussi, primitif. Loki : Exactement, ce coté tribal un peu dont on s'approche, entêtant, psychédélique. C'est un terme qui nous plaisait bien alors on a consulté Mona Outrancia et elle nous a donné son accord.

Mais qui est Mona Outrancia ?
Bloody MC : Je pense qu'on a le droit d'en parler un petit peu... Il s'agit de notre altesse apocryphe. Elle dirige Tricksterland. Elle est un peu notre dictateur... Loki : ...C'est notre dieu, notre messie, je sais pas quel équivalent vous avez sur Terre mais c'est un peu notre conscience... C'est difficile à définir en tout cas. Bloody MC : On n'a pas trop le droit d'entrer dans les détails, en fait... Loki : Voilà ! Et on n'a pas non plus le droit de dire qu'on n'a pas le droit !

Et vous êtes aussi des extra-terrestres. Pouvez-vous nous en parler ?
Bloody MC : On est extra-terriens, plus exactement. Loki : En fait oui, de fait on est des terriens puisqu'on vient de Nutcase. On est partis s'exiler sur Tricksterland car on en avait la possibilité. Et quand on revient sur Terre, vu qu'on vient de Tricksterland, on n'est plus considérés comme vraiment terriens. Les autorités n'aiment pas du tout que tu partes d'une planète comme ça et qu'après tu reviennes ! Les terriens sont très pointilleux, ils en sont encore au principe des frontières ! Sur Tricksterland, il y'a une ouverture d'esprit que nous essayons de venir défendre sur Terre.

Sur votre site, vous parlez de combattre la haine et de répandre la paix et l'amour sur Terre. Mélanger les influences et les cultures comme vous le faites dans votre musique serait-il un moyen d'y parvenir ? Des aliens ne feraient pas de différences entre les hommes selon leurs croyances ?
Loki : C'est exactement ça. On n'est pas ce qu'on croit, on est ce qu'on est. Bloody MC : On combat les stéréotypes, surtout ! Mais c'est vrai que dans le public, pas mal de personnes n'aiment pas forcément écouter notre musique chez eux... Alors qu'en live, c'est très rare que les gens n'aiment pas notre mélange, même si ça ne ressemble pas du tout à ce qu'ils vont écouter d'habitude. Moi la première, d'ailleurs, à la base Tricksterland c'est pas du tout mon genre de musique. Mais j'adore la jouer, et c'est vraiment de la musique de live. Donc oui, on tend à l'ouverture d'esprit, mais il faut la vivre en concert, cette grande messe où les gens dansent, rêvent, regardent le spectacle... C'est un mélange d'émotions qu'on canalise. Loki : C'est vrai qu'il n'y'a pas beaucoup de gens qui n'aiment pas nos concerts. De toutes façons, depuis, ces gens là ont mystérieusement disparu !

Dans quelle langue sont les paroles de 'Uzi Dance' ?
Loki : Hmmm, et bien, c'est du Narnien ! Soutenu. Du Narnien soutenu. Voilà. Il s'agit de la langue officielle sur Tricksterland, avec le français et l'anglais. Bloody MC : On n'a pas encore eu envie de la traduire pour l'instant. Peut-être un jour pour les gens qui ont leur visa pour Tricksterland...

Votre premier EP date de quelques mois. Est-il trop tôt pour parler sérieusement d'un album, ou êtes-vous déjà sérieusement au travail ?
Bloody MC : On travaille très sérieusement dessus. Peut-être même un peu trop, d'ailleurs. Il est en mixage actuellement et on va tout faire pour le sortir début juillet. Loki : On s'est rendus compte qu'il fallait qu'on fasse comme tout le monde sur Terre, il y'a des stéréotypes à respecter. Pour propager notre message, il fallait qu'on fasse un album alors Mona nous a dit "allez-y les p'tits, faites un album"... Donc voilà, on espère qu'il sera prêt pour la date avec Punish Yourself le 3 juillet. Il y'aura des choses qu'on a déjà entendues dessus, mais aussi pas mal de nouveautés. Bloody MC : Il y'aura toute une partie de l'album qu'on ne jouera vraiment que très rarement sur scène... Et ce sera un album qui parlera de voyage ! Loki : On travaille aussi sur un nouveau clip actuellement. On a mis du temps à se mettre au diapason de comment ça fonctionnait sur Terre, mais l'album et le clip seront donc nos deux prochains messages pour votre planète. On a eu des problèmes de transmission au début, nos message ne sont pas toujours bien compris... Mais c'est sûrement la faute des petits gris qui tiennent les institutions ! On a toujours eu des problèmes avec les petits gris dans l'espace ! Bloody MC : Hein ? C'est quoi les petits gris ? Loki : Tu sais, ces gens petits et gris, Roswell, tout ça... Ah ouais, mais toi t'es arrivée après à Tricksterland, parce qu'on a été en guerre contre les petits gris avant! Bloody MC : Ah oui. Pardon, j'suis encore jeune ça doit être pour ça...

Et vous l'avez gagnée cette guerre ?
Loki : En un sens oui : on a trouvé un moyen de vous les envoyer sur Terre ! Tu peux appeler ça gagner la guerre, sauf que le problème c'est que du coup on se retrouve à refaire la guerre contre eux ici, maintenant qu'on est là... C'est les stratégies de Mona ça encore, faut pas chercher...

Sur l'EP, deux morceaux ('Uzi Dance' de Nutcase et 'Mastermind' de Micropoint) sont issus d'autres projets. Est-ce que vous réapproprier et réactualiser des travaux pré-existants est une démarche que vous allez poursuivre sur l'album ?
Bloody MC : C'est un peu le principe de Tricksterland. On aura des morceaux vraiment inédits sur l'album, mais aussi des réarrangements, par exemple trois des titres sont des morceaux que j'ai composés il y'a quelques années. On pourrait dire que ce sont des reprises, mais ce ne sont pas vraiment des reprises puisque c'est complètement réarrangé à la sauce Tricksterland. Loki : Pour bien comprendre le projet, on n'est pas vraiment deux sur Tricksterland. Nous on est les deux Lwas, mais après on a nos ambassadeurs avec nous qui peuvent nous accompagner à l'occasion sur des concerts, mais on a aussi beaucoup de gens qui travaillent sur la composition : Bloody MC fait la bonne moitié des titres, mais on a aussi Radium qui travaille avec nous, et d'autres compositeurs comme Rbmz, Skoza, etc... C'est ce qui donne aussi ce...ce... Bloody MC : Ce mélange ! Si on n'avait qu'un seul compositeur, la patte resterait en fait. Elle serait trop identifiable. C'est notre coté polymorphe ! C'est une manière de travailler très intéressante, mais aussi beaucoup plus lente : il faut beaucoup plus communiquer, on est souvent dans l'échange.

Tout à l'heure, vous parliez de difficultés à trouver des dates, et pourtant vous en avez un un certain nombre de prévues : deux à Paris cet été, le festival 'Chauffer dans la Noirceur', vous ouvrirez pour Little Big, vous ferez une tournée à la Réunion, etc... Est-ce vraiment si compliqué pour vous ?
Bloody MC : Alors, en fait on est rentrés dans une boite de booking depuis trois mois, Sherep, qui fait tourner Little Big en France et qui croit beaucoup en nous. Donc c'est grâce à lui, qui fait beaucoup d'efforts pour nous vendre, faire comprendre notre univers décalé et faire accepter aux promoteurs qu'en live ça marche vraiment. On ne sait pas encore trop où ça va nous mener, mais c'est grâce à ça qu'on a toutes ces dates. Avant on trouvait des dates, mais ça restait dans un milieu très amateur, dans la débrouille, des dates organisées nous-mêmes, ce genre de choses.

Votre dernier titre sorti s'appelle 'Kiss Underground Goodbye'. Dire au-revoir à ce qu'on appelle l'underground, c'est un objectif réaliste pour vous aujourd'hui en France ?
Loki : Tu poses vraiment de bonnes questions... Je n'ai pas de réponse tout de suite à formuler, mais le temps que je dise ça, ça me permet de réfléchir ! Bloody MC : Personnellement, je trouve que le 'milieu underground', ça ne veut pas dire grand chose. C'est pour parler de gens qui font de la musique sans être payés et qui sont donc obligés de travailler à coté, c'est surtout ça l'underground en France. Après, je n'ai peut-être pas une culture musicale assez précise, mais ça serait bien qu'en France les labels signent plus des groupes issus de l'underground qui disent ce qu'ils ont à dire, et pas ce que le marché actuel exige. Qu'ils prennent des risques avec des artistes authentiques, qui ont leur message à faire passer... Donc sortir de l'underground, je ne sais pas. En fait, il faudrait que l'underground devienne la première scène, et que les produits du marché passe au second plan, ça serait l'idéal, mais c'est un rêve ! Loki : C'est pour ça que ça serait pas si mal de faire un génocide de toute la race humaine. Oups, pardon. Coupez, coupez !

Pouvez-vous nous parler du clip qui accompagne ce morceau, dans lequel vous détruisez des écrans ? J'ai vu qu'une personne qui vous suit avait eu l'air dérangée...
Bloody MC : Ah? Elle a l'air dérangée? Tu veux dire qu'elle était dérangée avant d'avoir vu la vidéo, ou après ? Loki : C'est vrai que cette vidéo amène quelques réactions... Peut-être que ça va se...se... Je ne sais pas. En tout cas, peut-être ! Mais c'est vrai que cette vidéo n'est pas simple comme les autres, et la personne que tu cites a eu une réaction que j'ai beaucoup aimée : elle dit que ça nous fait réfléchir. Elle croit qu'elle n'aime pas, mais ça la fait réfléchir, et elle s'interroge elle-même en demandant si au final ce n'est pas le but des ambassadeurs de Tricksterland de nous faire réfléchir. Donc notre message commence à porter ses fruits, si des gens se rendent compte qu'on n'est pas là que pour les faire rire. Bloody MC : C'est vrai qu'on n'a pas de sujets très gais dans nos clips, et donc notre prochain sera peut-être plus 'accessible'.

Avez vous d'autres projets ou but dont on n'a pas parlé et que vous voudriez partager avec nous ?
Bloody MC : Essayer de grandir, et envahir la Terre quoi ! Rallier le plus de terriens possibles via le visa Tricksterland ! Loki : Oui, c'est important ça. Il faut que les terriens comprennent qu'ils doivent demander leur visa pour Tricksterland, parce que pour l'instant on le met en avant... Mais un jour ça va s'arrêter. On va peut-être fermer nos frontières finalement, parce que quand on voit comment ça se passe sur Terre chez vous... On est prêts à accueillir tout le monde à partir du moment où chacun vient avec son c?ur, on va dire !

Interview réalisée le 26 mai 2015 par