Kamelot - 2015-04-10

Kamelot - 2015-04-10

Mandah 29 mars 2015

Après avoir passé deux années sur les routes, KAMELOT est de retour avec un nouvel album. Produit par Sascha Paeth et mastérisé par Jacob Hansen, Haven sera disponible via Napalm Records le 8 Mai 2015 en Europe. Une tournée mondiale suivra cette sortie. Le groupe passera par la France le 17 Septembre prochain à la Cigale de Paris. En attendant, retrouvez ci-dessous notre entrevue avec le chanteur, Tommy.

Vers quelle direction vouliez-vous diriger ce nouvel album ?

Tommy : On a beaucoup parlé du concept de l'album, avec les autres membres, bien avant de travailler sur la conception-même. Nous voulions quelque chose de très différent du dernier, Silverthorn. Haven comprend toute la patte artistique de KAMELOT, mais il inclue des éléments nouveaux, plus modernes. Depuis les débuts du groupe, il y a toujours eu une progression continuelle : une vision en évolution et une musique en évolution. Chaque album contient de nouvelles couleurs. Avec le nouvel opus, nous sommes toujours dans cette démarche évolutive. On a discuté de la direction artistique du projet avec les autres et nous nous sommes mis d'accord sur un thème commun : une ambiance futuriste et moderne. Haven a une dimension cinématographique et épique. On s'est en fait inspiré de films futuristes comme Gattaca. Celui-ci est vraiment en adéquation avec l'image du groupe. Musicalement, Haven contient des sonorités industrielles fraiches et nouvelles, ainsi que de jolies mélodies. Il y émane de belles émotions même s'il a un côté agressif. Les riffs de guitare sont plus lourds que ceux des derniers albums.

Haven est le successeur de Silverthorn sorti en 2012, qui fut le premier album de KAMELOT avec toi au chant. Avez-vous abordé le nouvel album de manière différente que lorsque tu venais de rejoindre le groupe ?
Tommy : Quand j'ai rejoint le groupe, nous n'avions pas beaucoup de temps à consacrer aux idées. Tout est allé très vite. J'ai dû faire quelques recherches sur KAMELOT. Je devais faire sonner KAMELOT comme KAMELOT. Il n'y avait pas de place pour d'autres choses à l'époque. Je viens d'un milieu musical un peu différent ? Je chante dans SEVENTH WONDER. J'ai dû adapter mon style afin de correspondre à la musique du groupe. Ce fut un défi. Je ne voulais pas décevoir les fans. Nous devions créer un album de KAMELOT, basique je dirais. L'approche musicale du dernier album fut très différente. Je me sens plus libre. J'ai passé quelques années avec les autres membres du groupe. J'ai trouvé mes repères. Je peux me permettre maintenant d'apporter de nouvelles choses, de nouveaux éléments et développer mon propre style. Bien que je ne laisserai jamais de côté la marque de fabrique de KAMELOT. Je ne veux pas décevoir les fans. Ils attendent du groupe un certain son. Je pense, qu'avec cet album, j'ai trouvé l'équilibre entre deux variables : l'intégration de mon propre style et le respect de la musique de KAMELOT. C'est ce qui rend ce disque intéressant en fait. Il est très diversifié ! Il y a différentes textures, différentes couleurs, différentes ambiances. Cet album renoue avec les sonorités énergiques des premiers temps du groupe.

De quoi es-tu le plus fier de Haven ?
Tommy : Sa diversité et le fait qu'il couvre un large panel d'émotions. C'est un album émouvant. Il a une bonne cadence, il est fluide. On ne s'ennuie jamais, du moins pour ma part.

Quelle est l'émotion qui t'a le plus inspiré ?
Tommy : Tout ce qui procure des émotions négatives telles que la tristesse, la douleur, la culpabilité, le ressentiment ou encore la colère. Ces émotions-là sont une source d'inspiration parce que la musique me permet de les canaliser d'une bonne manière, d'une manière saine. Mêmes les émotions complexes qui s'enracinent dans les plus belles histoires, comme le manque d'une personne aimée, sont un bon sujet sur lequel écrire. Ce sont ces sentiments-là qui m'inspirent le plus.

Thomas Youngblood a affirmé que vous recherchiez à offrir une échappatoire à vos auditeurs. T'accordes-tu avec ses propos ?
Tommy : Oui, complètement ! Je veux que les gens écoutent cette musique lorsqu'ils vont se coucher et qu'ils se laissent porter par toutes les émotions qu'elle procure. Thomas a d'ailleurs précisé la chose suivante : « Un nuage gris se forme sur le monde. Nous voulons tirer avantage de cela avec un album qui soit à la fois sombre et mélancolique mais également exaltant afin d'offrir à l'auditeur un médium via lequel il pourrait s'évader d'un monde devenu fou ». Je ne pourrais être plus en accord avec ce qu'il a dit. Thomas et moi voulions offrir aux gens ce que la musique a de plus beau à offrir. Nous voulions procurer aux auditeurs un voyage à travers toute sorte d'émotions. Je souhaite que « Haven » puisse aider les fans à se sentir mieux.

Parmi les invités de l'album, on retrouve Alissa (ARCH ENEMY), Troy (NIGHTWISH) et Charlotte (DELAIN). Musicalement, comment ont-ils influencé le son des morceaux sur lesquels ils ont travaillé ? Comment les avez-vous sélectionnés ?
Tommy : Ce sont des amis. Nous les connaissons tous très bien. Lorsque votre vie est axée sur la musique, qu'elle est ton gagne-pain, il est très important de s'entourer de personnes que vous appréciez. Nos liens d'amitié étaient le critère principal. Ce sont aussi des musiciens talentueux. Troy de NIGHTWISH a joué la flûte sur « Under Grey Skies », ce qui est du plus bel effet. Ça donne un côté plus folklorique à l'album. Alyssa a apporté une touche d'agressivité féminine. C'est une chanteuse hors pair, qui déboîte Elle a fourni un travail incroyable sur « Liar Liar » et « Revolution ». Charlotte quant-à elle prend le micro sur « Under The Grey » avec Troy. C'est un duo, une jolie ballade. Elle a insufflé sa touche de tendresse et sa délicatesse dans le morceau.

Vous avez tourné une vidéo la semaine dernière à Belgrade en Serbie, réalisée par Ivan Colic. Pourrais-tu nous fournir de plus amples détails à ce sujet ? De quel titre s'agit-il ?
Tommy : Je ne peux pas te renseigner plus pour le moment. Je ne peux pas te révéler le morceau que nous avons utilisé pour ce clip, mais la vidéo va être fantastique, à n'en pas douter. Elle a une dimension futuriste. Il y aura une autre vidéo associée à ce premier film. Les deux vidéos sont liées et racontent une histoire. Il s'agit de deux titres liés l'un à l'autre.

Lesquels ?
Tommy : Non ! (Rires). Je ne peux rien dire. La seule chose que je peux révéler, c'est que le projet démonte !

Interview réalisée le 10 avril 2015 par