Chronique | White Dolls - Elektronik Disaster

Pierre Sopor --

Cet Elektronik Disaster des WHITE DOLLS est une réédition de deux anciennes démos jamais distribuées. Un double CD donc pour nous confronter à l'univers apocalyptique et sale du duo parisien et à leurs rythmiques saturées et bruitistes. En prenant le parti d'exterminer la moindre trace de mélodie dans chacune des pistes présentes sur les disques, les WHITE DOLLS s'aventurent vers un son honnête, violent, crade et résolument moderne. Les machines sont omni-présentes. Leur domination sur les hommes et leur culte sont aussi bien présents dans la musique que dans les titres, avec les références au dieu Ahriman, ou même l'aspect sacré de d'étrangement calme Illuminati par exemple. Souvent martiale, voire guerrière (Zero Com), la musique des WHITE DOLLS est intense et extrême. Les samples contribuent à créer une ambiance violente, parfois teintée d'un certain humour très noir (l'intro de Fernande). En s'évertuant à créer des sons évoquant un marteau piqueur épileptique sur des rails de chemin de fer, le duo nous plonge dans un véritable cauchemar futuriste, parfois jusqu'à l'indigestion. Car le principal, et seul vrai défaut de ce disque est bien sa durée : difficile de s'enfiler les deux disques à la suite. Elektronik Disaster est un ensemble quasi psychotrope, assurément anxiogène, brutal et bruitiste, ne cédant à aucun moment à la facilité. On ne peut qu'attendre avec impatience de voir vers quoi va évoluer ce groupe d'enragés.