Chronique | Dresden Dolls - No, Virginia...

Erick 17 mai 2008

Prévu à la base pour être un album des b-sides de Yes Virginia, le nouvel album des DRESDEN DOLL No, Virginia est devenu un album à part entière avec l'ajout de nouvelles compos. Il est constitué entre autres de morceaux connus en live mais jamais enregistrés et d'une ancienne démo Mouse and The Model. 'Non, Virginia, le père Noël n'existe pas !'. Pour ceux qui n'auraient pas tout suivit, un petit récapitulatif s'impose. 'Yes Virginia' est sorti en 2006, c'était le second album des Dresden Dolls, son titre s'inspirait directement d'une célèbre histoire américaine au sujet de Virginia O'Hanlon, qui était encore une petite fille de 8 ans en 1897. Elle avait envoyé au journal New York Sun, une lettre pour demander si le père Noël existait. La lettre avait touché nombre de personnes et marquera les histoires de noël jusqu'à aujourd'hui. Cyniquement le nouvel album s'intitule 'No, Virginia', la vérité est faite et annonce un album un peu plus froid que son prédécesseur et cela s'annonce dès l'artwork affichant un père Noël gisant sur le sol. Toutefois l'album garde le feeling musical unique à ce duo. Le cabaret ouvre sur 'Dr Jenny' , l'un des nouveaux morceaux de cet album et pas des moindres. L'impression est dors est déjà bonne, enfin Dresden Dolls est de retour dans nos platines ... ça change !! L'ensemble sera peut-être un peu moins accessible que 'Yes, Virginia' mais il d?tient quelques bombes, à commencer par 'Night Reconnaissance', 'Ultima Esperanza' ou encore 'Lonesome Organist' et la tr?s mélodieuse 'Sheep Song' qui est tout simplement poétique. 'Gardener' r?serve quant-à elle quelques murmures dans une ambiance tantôt étouffée, tantôt plus planante. Reste aussi l'excellente 'Pretty in Pink', reprise de John Hughes, ou encore 'The Kill' à la rythmique plus dynamique et pop / rock. Comme à leur habitude les Dresden Dolls perdent rarement votre attention au court de l'écoute de ces 11 titres avortés, enfin réunis ! Magique ...