Hellfest 2020
Equilibrium + Lord Of The Lost + Nailed to Obscurity @ Ninkasi Kao - Lyon (25 janvier 2020)

Live Report | Equilibrium + Lord Of The Lost + Nailed to Obscurity @ Ninkasi Kao - Lyon (25 janvier 2020)

Manon Nadolny 28 janvier 2020 Laurence Prudhomme Manon Nadolny

Après les fêtes l'agenda des concerts se remplit à nouveau à Lyon : l'association Sounds Like Hell Productions et le Ninkasi Kao nous avaient mitonné une soirée 100 % made in Germany pour ce samedi de janvier ensoleillé mais frisquet. Les vieux routiers d'EQUILIBRIUM emmènent dans leurs valises leurs compatriotes de LORD OF THE LOST et NAILED TO OBSCURITY pour leur RENEGADES TOUR qui sillonnera l'Europe en janvier et février. Après Paris et Toulouse, Lyon est la troisième et dernière date française de cette tournée. Si EQUILIBRIUM et NAILED TO OBSCURITY se sont déjà produits devant le public lyonnais, c'était le baptême du feu pour LORD OF THE LOST, venus de la lointaine Hambourg.

Nailed to Obscurity

L'atmosphère typique du doom metal, sombre et pesante, va peiner à mettre en jambes le public. Pourtant le dernier album Black Frost de NAILED TO OBSCURITY, sorti l'an dernier, a reçu un accueil très positif. Il faut aimer les accords lourds et les rythmes écrasants pour apprécier ce style musical, même si on se surprend plus d'une fois à taper du pied et osciller de la tête sur des riffs imposants. Le son est saturé à souhait, et quelques passages plus lumineux nous font d'autant mieux apprécier le chant clair du frontman qui change de registre très rapidement. Les amateurs sont comblés et quasiment en transe devant un groupe motivé mais qui peine à emmener le public avec lui.

Setlist:
01. Black Frost
02. King Delusion
03. Feardom
04. InnerMe
05. Tears of the Eyeless
6. Desolate Ruin

Lord of the Lost

Lorsque le public commence à se rapprocher et que les centimètres carrés se négocient âprement c'est le signe que quelque chose va se passer. Curieux de découvrir en live le groupe LORD OF THE LOST qui vient de fêter avec panache leur 10e anniversaire par une série de concerts sur Hambourg, les Lyonnais se pressent devant la scène du Ninkasi.

D'entrée on comprend que ce groupe a une structure, des racines qu'il ne renie pas malgré des changements de line-up récents, et surtout un visuel assumé, car lumières, make-up et tenue de scène, rien n'est laissé au hasard. L'orientation moins glam rock qu'à leurs débuts prise par le groupe leur permet aujourd'hui de venir présenter leur travail devant un public français exigeant en matière de metal. Dès le second titre Morgana, le public se met à chanter et à bouger. Ce qui est remarquable chez LOTL c'est que chaque titre possède une identité musicale très forte, sublimée par la voix de son leader Chris Harms, aussi à l'aise dans le scream que dans les parties plus chantées. Il impose tout de suite sa présence avec son jeu de scène énergique, ne lâchant pas ou presque sa guitare durant le set (ses guitares en fait, car chaque morceau ou presque possède son instrument au design personnalisé).

Après une incursion plus heavy sur Drag Me To Hell issu de l'album précédent Empyrean, retour au dernier album Thornstar leur premier sous le label Napalm Records avec Loreley, plus mélancolique et au refrain parfaitement servi par la voix grave du frontman. Mais c'est bien avec Full Metal Whore que les Allemands vont déchaîner le Ninkasi, qui reprend d'une seule voix ce titre, marquant la première velléité metal du groupe. Bassiste et guitariste, complices, échangent volontiers leurs places, tandis que Gared Dirge, véritable homme orchestre en habit de lumière, fait le show de son côté. La scène est leur élément, et ils savent l'occuper. Les Allemands sont visiblement ravis de la réaction chaleureuse des Lyonnais, de l'ambiance, des pogos, et les remercient de bon coeur. Retour dans le passé pour une fin de set plus dansante avec l'improbable La Bomba, au rythme inédit latino-metal qui met en joie le public, conquis par la chorégraphie brillamment exécutée par les musiciens.

Ces garçons là savent tout faire, y compris scotcher le public sur le puissant Trisma avant de faire leur adieux, non sans rappeler qu'ils ont été choisis par IRON MAIDEN pour les accompagner sur 6 dates de leur tournée 2020. Un challenge dont on est sûrs qu'ils seront à la hauteur avec leur talent et leur professionnalisme, en espérant les revoir bientôt sur Lyon en head liner.

Setlist:
01. Lament For The Condemned
02. Morgana
03. Drag Me To Hell
04. Under The Sun
05. Loreley
06. Full Metal Whore
07. Ruins
08. Fist Up In The Air
09. Die Tomorrow
10. La Bomba
11. Trisma

Equilibrium

Notre dernière rencontre avec les musiciens d'EQUILIBRIUM date déjà de 2016, lors d'un concert mémorable au CCO en compagnie de FINSTERFROST et HEIDEVOLK. Depuis le groupe a sorti un nouvel album, Renegades, et a quelque peu bousculé son line-up avec l'arrivée notamment de Skar à la basse. Leur énergie déjà bien entamée par le set précédent, les fans d'EQUILIBRIUM ne vont pourtant pas tarder à transformer le Ninkasi en chaudron bouillant.

Dès les premiers titres, circle pit et slams se succèdent, encouragés par le groupe, particulièrement bienveillant avec les slammers qui atterrissent parfois un peu durement sur scène. Tout au long du set, les Allemands vont interpréter de nombreux titres de leur dernier album, où les amateurs peineront à retrouver le style folk épique qui fait le succès du groupe. Path of Destiny ou encore Himmel und Feuer, bien que très réussis, nous entraînent dans un univers différent, avec un passage rapé, des rythmes moins rapides que de coutume. Pour autant le chant clair de Skar est une véritable révélation et amène un peu de légèreté au groupe. Le growl du frontman Robse Dahn est toujours aussi puissant et accrocheur sur des anciens titres comme Waldschrein ou Blut im Auge. D'ailleurs le public ne s'y trompe pas et c'est bien sur ces morceaux que les Lyonnais se défoulent. Le Ninkasi n'est qu'une vague de bras qui se lèvent et suivent le rythme dès les premières notes de Freiflug. Le groupe prend plaisir à jouer devant des Lyonnais de toutes façons fidèles et acquis à leur cause, et le sourire qui ne les quitte pas en est la preuve. Born to be Epic, devenu depuis l'album Armaggedon l'hymne incontournable du groupe retourne la salle, on ne compte plus les poings levés et les slams. Le set s'achève sur Rise of the Phenix, tiré du nouvel album où l'on retrouve enfin la force qui manque sur d'autres titres.

Setlist:
01. Renegades - A Lost Generation
02. Tornado
03. Himmel und Feuer
04. Waldschrein
05. Freiflug
06. Apokalypse
07. Path of Destiny
08. Born to be Epic
09. Prey
10. Heimat
11. Der ewige Sieg
12. Final Tear
13. Blut im Auge
14. Ruf in den Wind
15. Rise of the Phoenix