And One @ Petit Bain - Paris (05 janvier 2019)

Live Report | And One @ Petit Bain - Paris (05 janvier 2019)

Pierre Sopor 08 janvier 2019 Pierre Sopor

Les soirées Punish Your Machine, anciennement connues sous le nom de Elektro Chok, sont devenues une valeur sûre pour voir les groupes majeurs des scènes gothique et industrielle sur scène en France : après notamment PROJECT PITCHFORK ou encore SUICIDE COMMANDO, et avant CONVENANT en mai, c'était au tour de AND ONE de faire un arrêt unique chez nous. Un événement d'autant plus unique que la dernière fois que la bande de Steve Naghavi était passée chez nous, c'était il y a presque douze ans, pour la troisième édition du regretté festival Dark Omen au Bataclan. Il était donc interdit de rater le concert, surtout qu'après s'être peut-être un peu répété en studio, AND ONE reste sur un triple album varié, allant de l'EBM agressif des débuts à la synthpop plus actuelle. On pouvait donc s'attendre à un show varié, et bien entendu électrique : Naghavi est connu pour être plutôt du genre remuant.

La file d'attente devant la salle est longue et il faut le temps de faire rentrer tout ce monde. Petit Bain résonne aux sons de classiques immortels de VNV NATION et NITZER EBB mais aussi de groupes que l'on a un peu perdus de vue de ce côté du Rhin (APOPTYGMA BERZERK) ou de petits nouveaux comme 3TEETH : on se sent comme à la maison, et croiser un tas de visages familiers n'y est pas pour rien. Le show commence avec un poil de retard par rapport à l'heure annoncée, histoire que tout le monde puisse être présent à temps. AND ONE, réduit à trois membres pour l'occasion, attaque son set sur l'indémodable Krieger, à laquelle se greffe quelques vers de Sweet Dreams comme la tradition l'exige. Naghavi semble monté sur ressorts, un immense sourire plaqué sur le visage, son chant tout simplement parfait. Il serre les mains, vient voir le public et semble apprécier ce moment au moins autant que ses fans. L'ambiance générale est à la fête, aussi bien dans la fosse que sur scène : le frontman, ravi, tournicote sur lui-même et plaisante régulièrement avec nous : "ça fait combien de temps qu'on s'est pas vus ? 10 ans ? 15 ans ? J'avais une vingtaine d'années à l'époque !" (on y croit), "tenez, je vais vous apprendre à parler Allemand, chantez avec moi : ooooh-oooh-ooooh"... La complicité entre les trois musiciens fait plaisir à voir quand le chanteur s'amuse à gifler Joke Jay, le batteur, puis à lui lécher le crâne. Les deux échangent d'ailleurs leurs rôles, le temps de la très EBM Metalhammer. Il se murmure d'ailleurs que le prochain album studio de AND ONE serait à nouveau un triple album, et que Joke sera l'unique chanteur d'un des trois disques....

La soirée avance, l'ambiance ne retombe jamais. Quand Naghavi annonce que la fin approche, AND ONE ne joue que depuis une petite heure. Les gens placés au premier rang ont la setlist sous les yeux et savent ce qu'il en est vraiment : un rappel long de plusieurs titres ne saurait tarder. En attendant, le charismatique chanteur s'amuse : "si on remet plus de dix ans à revenir, plusieurs d'entre vous ne seront sûrement plus de ce monde. Alors on va rejouer une dernière chanson avant que vous soyez tous morts". Il y en aura en fait cinq, dont les hymnes Techno Man et Military Fashion Show avant de conclure cette belle soirée sur la plus récente Shouts of Joy. Jamais l'énergie n'est retombée au cours d'un show particulièrement généreux où les trois musiciens semblaient ravis d'être présents et ont livré une prestation irréprochable, sans aucune fausse note. C'était souvent amusant, parfois agressif, parfois mélancolique, toujours beau et entraînant.

Vous savez, les artistes disent souvent des trucs sur scène du genre "vous êtes mon public préféré, c'était super", sans qu'on y croit plus que ça. En tout cas, c'est un Naghavi chaleureux et au sourire communicatif et sincère qui nous fait la surprise de nous recevoir après le concert pour une interview plus ou moins improvisée (on la publie bientôt, juré) au cours de laquelle il confie s'être éclaté au point d'aller profiter de l'afterparty organisée, très touché par l'accueil du public. Le groupe s'est donc mélangé aux fêtards restés pour les DJ sets de KlassX, SX et Baron Noir histoire de profiter jusqu'au bout de cette date exceptionnelle. Celtic Circle prod, à qui l'on doit de nombreux événements organisés en France, fêtait justement ses vingt ans. Bravo et merci à eux pour tous ces beaux souvenirs, et buvons aux vingt années à venir !

Setlist :
01. Krieger
02. Get You Closer
03. Bodynerv
04. Back Home
05. Für
06. Traumfrau
07. Unter meiner Uniform
08. Love you to the End
09. Metalhammer
10. Deutschmaschine
11. Killing the Mercy
12. Most of the Tears
13. Second Voice
14. Steine sind Steine
15. Panzermensch
16. Sometimes
17. Techno Man
18. Military Fashion Show
19. High
20. Shouts of Joy