DIR EN GREY - 2013-06-13

DIR EN GREY - 2013-06-13

Mandah 19 juin 2013

Le groupe DIR EN GREY était de passage à Paris le 13 Juin 2013 pour la promotion de 'The Unraveling', leur dernière sortie qui contient un nouveau titre et six anciennes compositions retravaillées à cet effet. Nous en avons profité pour nous entretenir avec Kaoru ( guitariste ) dans les coulisses de la Cigale quelques minutes seulement avant leur entrée en scène. Vous retrouvez bientôt sur nos pages les photos du concert parisien ainsi que des images exclusives réalisées pour l'occasion. Stay tuned !

D'où est venue l'idée de retravailler certains de vos anciens titres pour un mini-album ?
Kaoru : On a décidé de retravailler quelques unes de nos anciennes chansons car on avait l'envie et ressentait le besoin de le faire, tout simplement. On ne cherchait pas à faire connaître de vieux morceaux à de nouveaux fans ni à les exposer par manque de créativité, bien au contraire. Il s'agissait, pour nous, d'un réel challenge artistique. Faire du neuf avec du vieux requiert un réel investissement créatif. Retravailler ses propres compositions tout en essayant de ne pas se répéter est un exercice relativement difficile. Pour chaque album, on essaye d'élargir nos perspectives et d'avoir un regard neuf sur la musique, on ne veut pas reproduire sans cesse les mêmes choses. Cela serait ennuyant pour les gens qui nous écoutent et pour nous-mêmes principalement. Le groupe est constamment à la recherche d'une inspiration nouvelle. En ce qui concerne les titres choisis, je dirais qu'ils se sont imposés d'eux-mêmes de manière très naturelle. On pensait que l'on pouvait exploiter plus amplement leur potentiel avec l'aide de tout ce qu'on a emmagasiné jusqu'à présent.

Quelle différence y-a t-il pour un musicien de retravailler de vieux morceaux par rapport à l'écriture de nouveaux ?
Kaoru : Hum... Je sais que l'avis diffère selon les membres du groupe. Nous avons tous une approche de la musique différente, je ne vais donc pas m'avancer pour les autres mais répondre de manière personnelle. Pour ma part, je trouve plus difficile de créer une chanson à partir de rien que de retravailler d'anciennes compositions. C'est plus simple, mais loin d'être facile. Réadapter quelque chose qui vient de soi peut devenir un réel casse-tête. Bien que dans l'absolu, je trouve ça fantastique de créer de la musique (rires).

Cela fait un moment que vous travaillez avec Tue Madsen. Il a mixé et masterisé 'The Unraveling', mixé 'Dum Spiro Spero' et la version 2012 de 'Uroboros'. Pensez-vous avoir trouvé ensemble 'le' son de DIR EN GREY ?
Kaoru : À l'heure actuelle, Tue Madsen est le meilleur dans son domaine d'expertise et nous voulons ce qu'il y a de mieux pour le groupe. Pour le moment, nous sommes très heureux de créer avec lui. Il sait très bien donner de la profondeur sonore à notre musique. C'est un homme très agréable avec qui travailler. Cela dit, rien n'est figé. Nous n'avons pas signé de contrat d'exclusivité avec lui et ne sommes pas contre l'idée de faire des essais avec d'autres personnes, loin s'en faut. Comme je l'ai dit, on ne veut pas se répéter.

La plupart des groupes calment leur jeu à mesure qu'ils évoluent dans leur musique. Cela ne semble pas être le cas pour DIR EN GREY. Vos derniers albums sont les plus extrêmes de votre discographie. Comment l'expliques-tu et qu'est ce qui maintient votre rage ?
Kaoru : Hum... Premièrement, je dois avouer qu'on aime faire les choses à contre-courant. Si nous sommes là où on nous attend pas, c'est génial. Le groupe n'est pas dans l'optique de suivre une quelconque mode ou mouvance. Deuxièmement, je dirais que chacun de nous a accumulé des sentiments négatifs, qui pourraient s'apparenter à la rage, et qui ressortent dans nos compositions. Notre musique est simplement l'expression sonore de notre état d'esprit et de ce que nous vivons au quotidien. Si celle-ci ne s'adoucit pas avec le temps, c'est qu'individuellement, nous vivons des choses qui ne le permettent pas. On recrache et extériorise nos sentiments les plus négatifs à travers elle. Il est vrai qu'on est peut-être plus énervé qu'en 1999 (rires), mais avec l'âge, tu prends conscience que le monde va mal et cela ne va pas en s'améliorant.

Quelle est la plus grande force et faiblesse du groupe selon vous ?
Kaoru : Hum... Notre plus grande force et faiblesse. Hum... C'est une question difficile ! Je dirais qu'individuellement, nous sommes des personnes faibles, comme tous les êtres-humains qui peuplent ce monde. Chacun, des membres du groupe, a des défauts, des doutes, des hésitations et des faiblesses diverses et variées. En revanche, une fois unis, nous transformons tout cela en force. Grâce à nos faiblesses et sentiments négatifs, nous arrivons à créer de la musique. Seuls, nous sommes faibles. Ensemble, nous sommes forts.

Le visuel de la pochette de The Unraveling a été décrit comme étant l'addition de l'imaginaire de DIR EN GREY et de la perception que son auteur, Yasuyuki Nishio, se fait du monde. Peux-tu m'en dire un peu plus sur le sujet ? D'ailleurs, Kyo est sur le point de publier deux ouvrages photographiques. N'avez-vous jamais considéré utiliser ses photos pour vos artworks ?
Kaoru : Je vais très certainement te décevoir mais mise à part le fait que je trouve cet artwork joli, je n'ai aucune pensée philosophique le concernant (rires). Je suis désolé, je ne suis pas apte à répondre à ce genre de questions, tu es tombée sur le mauvais membre du groupe (rires). D'ailleurs, je n'ai toujours pas vu les photos de Kyo (rires).

Interview réalisée le 13 juin 2013 par