Black Stone Cherry - 2012-07-20

Interview | Black Stone Cherry - 2012-07-20

Mandah 10 septembre 2012

Quelle importance accordez-vous à vos tournées ?
Jon : La tournée est certainement la chose la plus importante pour un groupe. De nos jours, c'est le seul moyen pour un groupe pour entrer un peu d'argent. Dans les années 70, peut-être que les groupes parvenaient à vivre en sortant des albums mais c'est très différent aujourd'hui. Avec la vague du téléchargement, il n'y a plus moyen de générer suffisamment d'argent pour exister, en sortant des albums. Grâce à la tournée, nous sommes face à toi aujourd'hui. Sans elle, BLACK STONE CHERRY ne pourrait plus exister. C'est un des seuls moyens que nous aillons pour promouvoir notre album ; d'autant plus que nous adorons jouer sur scène. J'aime l?adrénaline que ça procure, et rencontrer des personnes des quatre coins du monde ! C'est très rafraîchissant. Ben : On a tellement répété, on voulait . Nous voulons donner le meilleur de nous-mêmes, c'est la raison pour laquelle nous avons mis longtemps avant de booker une tournée. Nous voulions laisser une impression durable sur nos fans. Tu sais, quelques personnes nous ont dit qu'avant de nous voir jouer sur scène, ils n'avaient pas vraiment accroché à notre musique. Voir un groupe en live peut ouvrir l'esprit, te donner d'autres perspectives qui permettent de mieux apprécier. La tournée est très importante, c'est la chose la plus importante pour un groupe en fait. Nous sommes très reconnaissants de pouvoir jouer notre musique, de l'assurer sur scène. Merci à tous pour ça !

Des petites salles aux gros festivals, quelle différence ressentez-vous lorsque vous arrivez sur scène ?
Jon : Il y a des bons et de mauvais côtés dans les deux. Jouer en festival est relativement différent des concerts standards pour plusieurs raisons : le foule est plus massive, la scène est plus grande et tu ne sais jamais à l'avance si le public sera réceptif ou non. C'est parfois difficile de s'engager avec un public de cette importance. Mais c'est une excellente opportunité de jouer devant des milliers de personnes et séduire de nouveaux fans. C'est évidemment plus facile de créer l'échange dans l'intimité d'une petite salle. Nous aimons les deux. Ben : L'excitation vient à chaque concert, quelque soit la taille du lieu. Nous essayons toujours de fournir de gros concerts et j'espère que ça fonctionne. Nous voulons laisser la meilleure impression dans l'esprit des gens, qu'ils aient envie de la partager et de parler de notre groupe ensuite.

Comment parvenez-vous à entretenir l'énergie scénique ?
Jon : Certains groupes s'installent sur scène et restent plantés à leur place sans vraiment bouger. Un peu comme s'ils s'emmerdaient à jouer. Pour nous, ce doit être le bordel à chaque fois, nous courrons partout comme de petits enfants. On profite de ces moments à chaque fois et je crois que ça envoie bien. Beaucoup de groupes s'habillent, se maquillent. Nous, non ! On veut rester simples et nous focaliser sur le don du meilleur de nous-mêmes, sans artifices, sans effets scéniques. Les gens y mettent leur argent durement gagné et prennent la peine de bouger leur cul pour voir un live, c'est donc à nous de leur offrir le meilleur qu'il aient jamais vu.
Ben : On essaye d'être divertissants. La première chose que nous faisons en montant sur scène, c'est de tenter d'expulser hors-de-nous le plus d'énergie possible, pour que le public la reçoive et nous la renvoie. C'est un cercle vertueux. Si tu ne donnes pas le meilleur de toi, le public va s'ennuyer et il n'y aura aucun échange avec lui.

Qu'est ce que vous aimez le plus et le moins en tournée ?
Jon : On aime se goinfrer (rires). Sérieusement, on aime simplement jouer notre musique et trainer avec nos meilleurs potes. Hum... faire de nouveaux amis aussi et voyager. Ce qui est moins sympa en revanche c'est de ne pas voir nos familles autant qu'on le voudrait et de ne pas pouvoir faire les choses normales de la vie à la maison. Mais bien-sûr, nous savions dans quoi nous nous s'embarquions.

Que faites-vous pour vous sentir proches de chez-vous ?
Ben : On a tous grandi ensemble, tous les membres du groupe, les membres du crew... On s'est tous connus au lycée. Alors, je crois que le fait d'être entouré de ses vieux amis est certainement ce qui rend le voyage plus facile à supporter ; on se sent un peu plus à la maison de cette manière. C'est un réel apport.

Quels groupes allez-vous regarder ce soir ?
Ben : MACHINE HEAD !
Jon : FAITH NO MORE !

Qu'avez-vous prévu ensuite pour le groupe ?
Ben : Nous allons retourner aux Etats-Unis, et faire quelques tournées. Ensuite nous irons probablement en Australie, vers Septembre. En fin d'année, on écrira de nouveaux morceaux pour préparer un nouvel album.

Interview réalisée le 20 juillet 2012 par