Hellfest 2020

Chronique | Wednesday 13 - Calling All Corpses

Pierre Sopor 11 octobre 2011

Tout adepte de séries B d'horreur, d'ambiances décalées, de rock'n'roll bien teenager plein de gros mots gratuits, crade, bête et méchant qui se respecte a forcément eu des pentacles plein les yeux en apprenant que les MURDERDOLLS se reformaient, il y'a environ un an et demi. Jordison ayant de nouveau du boulot avec SLIPKNOT, il fallait bien que son complice hyperactif fasse quelque chose de son coté.

Voici donc le quatrième album de WEDNESDAY 13 sous ce nom, Calling All Corpses. Le chanteur le présente comme un cadeau pour les fans, quelque chose renouant avec l'ambiance des albums des FRANKENSTEIN DRAG QUEENS. Passée l'intro, I Wanna Be Cremated sonne en effet plus punk et festif, bien moins heavy que l'assez réussi Skeletons ou l'EP Bloodwork qui l'avait suivi. Mais le morceau ne décolle pas. Plus répétitif encore que les RAMONES dont il s'inspire, WEDNESDAY 13 rate son coup, ça manque de mordant, c'est plat. Ce constat amer se confirme avec Ghoul Of My Dreams, peu inspirée, aux jeux de mots trop automatiques, on a même du mal à la différencier du morceau précédent. Le charismatique frontman peine à convaincre, son humour ne fait pas mouche, sa méchanceté jouissive de sale gosse est absente (pire, One Knife Stand évoque presque une chorale de Noël...) et ses paroles ont un vilain goût de réchauffé. Un peu de hargne se dégage tout de même de Calling All Corpses, mais sans plus. On a l'impression de se retrouver avec des chutes de son projet glam-punk-à-roulette GUNFIRE 76 croisées à des restes de l'album Fang Bang : c'est plat, déjà entendu et parfois assez agaçant. Heureusement que deux morceaux sauvent ce qui peut l'être. WEDNESDAY 13 redevient cool et vilain le temps de Bad At Being Human : il y dit enfin des gros mots avec une voix plus grave, et ça suffit pour notre bonheur. Candle For The Devil arrive aussi à séduire, plus sombre et poisseuse que le reste du disque. Et même si ça ressemble à du Viva Las Violence réchauffé, on ne lui en tient pas rigueur. Dommage que le reste de l'album peine tant à instaurer une ambiance, que chaque morceau ressemble à une mauvaise copie de ce qui a déjà été fait par le passé.

Calling All Corpses est finalement un album poussif, peu inspiré, comme bâclé, s'adressant peut être à un nouveau public plus jeune. Même la voix de Wednesday que l'on sait d'habitude excellente arrive à nous irriter. Venant d'un type aussi cool et emblématique, c'est décevant. On regrette les gros riffs et la folie qu'on pouvait trouver sur Transylvania 90210 ou le coté plus metal indus à la ROB ZOMBIE de Skeletons. Peut être aurait-il du prendre plus de temps, ou se consacrer à un autre projet, plutôt que de chercher à ressortir un album de WEDNESDAY 13 aussi rapidement après le come-back des poupées tueuses...