Chronique | Steve Reich - Early works

Agathes 16 septembre 1989

Chaque siècle connaît un compositeur majeur, celui du XXe est sans le moindre doute Steve Reich, principal fondateur de la musique répétitive, minimaliste et du sampling. Durant le début des années soixante, ses recherches se focalisent principalement sur l'effet obtenu à partir du procédé de déphasage graduel sur bande magnétique. "En essayant d'aligner deux boucles identiques et de les faire fonctionner en relation, je découvris que la manière la plus intéressante de procéder consistait à aligner les boucles à l'unisson, puis à les laisser se déphaser lentement l'une par rapport à l'autre. C'est en écoutant ce processus graduel que je commençais à réaliser qu'il s'agissait d'une forme extraordinaire de structuration musicale". La voix de Daniel Hamm, un jeune noir américain tabassé par la police durant les émeutes de Harlem en 1964, fait office d'unique support sonore sur 'Come Out', le jeune-homme s'étant auto-mutilé afin de se voir prodiguer des soins, puisque seules les personnes en sang se voyaient conduites à l'hôpital. Durant son témoignage, il conclut par la phrase "I had to, like, open the bruise up and let some of the bruise blood come out to show them". La fin de celle-ci est montée en boucle et s'étend en accord sur la stéréo pour ensuite se voir progressivement déphasée formant ainsi un effet de délai jusqu'à atteindre un relief de huit voix. 'It's Gonna Rain', seconde composition de l'œuvre utilisant comme support unique la voix, est basée sur le même procédé, à la différence que celle-ci s'étend sur deux pistes et dont le dialogue évolue au fil des minutes, atténuant ainsi une lassitude certaine. Sur les deux pistes restantes, Steve Reich utilise également le procédé de déphasage graduel à ceci près que l'une utilise le corps humain (Clapping Music) et l'autre un instrument (Piano Phase). Ce première essai marque ainsi l'histoire de la construction musicale en inventant la musique de phase et le sampling. Comme toute genèse, l'intérêt est de poser les bases, la symbolique venant ensuite tandis que la musicalité reste souvent à la traine.