Chronique | Rorcal - The Way We Are, The Way We Were, The Way We Will Be

Pierre Sopor 01 janvier 2007

RORCAL fait partie de ces groupes qui ne supportent pas de rester dans le chemin que quelqu'un d'autre aurait balisé pour eux. Mêlant doom et recherches d'atmosphères pesantes tout au long de cet EP de cinq titres, ils nous proposent un véritable voyage presque mystique. Dès le début de The Way We Are, The Way We Were, The Way We Will Be (ouf, ce titre !), le jeune groupe nous présente le long des onze minutes constituant Duplicate The Stream Theora un concentré de ce qu'il sait faire : longs passages ambiants, agressivité et puissance dans les guitares et le chant, et un final autant galvanisateur qu'oppressant. Landscape Part.1 marque la suite de ce voyage d'une manière uniquement instrumentale et ambiante. Après cette mélancolie, Dick Morante replonge dans l'enfer d'un metal oppressant, dense, qui nous écrase littéralement sous le poids de ses assauts de guitares et sous le rythme haché de la fin. Le spleen reprend avec Landscape Part.2, où l'expérimentation se fait plus electro, les instruments plus présents. On y trouve moins de mélancolie mais plus d'angoisse que sur la première partie. Ces deux moments instrumentaux ambiants servent à séparer les moments de furie, une sorte de calme reposant avant la tempête, l'œil du cyclone. Le voyage s'achève sur Seven Suns, où RORCAL réussit encore à mêler douceur envoûtante et rage, nous faisant encore errer dans leurs tourments. Un très bon EP donc, qui réussit à la fois à nous plonger dans des profondeurs infernales, enragées et tumultueuses, tout en gardant un aspect éthéré et planant, tel un voyage ardu au travers de différentes régions difficiles. À expérimenter !