Chronique | Psycho Shop - My Sweet Holocaust

Pierre Sopor --

'My Sweet Holocaust' est le premier album de Psycho Shop, groupe m?langeant la froideur de l'electro à un son rock énergique pour plus de percussion, réussi sans même utiliser de guitares. Même si il s'agit là de leur premier album, le duo (trio avec l'arrivée récente d'un batteur) a déjà remixé trois morceaux pour Wumpscut, preuve de la qualité des compositions. Car c'est ce qui marque dès l'introduction angoissante et se confirme tout le long des douze titres : les mélodies sont accrocheuses, créant des ambiances variées (oppressante sur 'Black Water' ou 'Komastar', ou plus mélancolique sur l'instrumentale '1999'). Le chant s'associe aux compos avec justesse, renforçant les émotions suscitées par les morceaux, apportant la touche de lyrisme souvent propre aux "groupes à chanteuse". Par exemple, l'intro de 'Hero', au chant plus rentré est du meilleur effet. Sur 'Spicy', l'apport d'une seconde voix, plus bestiale permet un supplément de rage. Toujours de la rage avec 'Toxygene', ? l'ouverture très sombre et limite chaotique. Parmi tous ces titres, il arrive que le chant se fasse plus léger, comme une éclaircie, avec par exemple 'Astoria'. Mélangeant plusieurs styles et influences, Pyscho Shop crée des ambiances variées et prenantes, laissant toutes les émotions s'exprimer et mettant en place un univers cohérent, auquel nous sommes conviés avec 'My Sweet Holocaust'.