Chronique | Phalaenopsis - Eve Digitale

Pierre Sopor 01 janvier 2007

En voilà une bonne découverte, cet EP Eve Digitale, de la formation française PHALAENOPSIS. Cinq chansons pour découvrir leur musique évoquant un croisement entre industriel à la NINE INCH NAILS et rock façon THE CURE ou encore INDOCHINE. Dès Volatile, le chant clair et triste en français et les compositions raffinées nous embarquent dans un univers sombre, désabusé. Amor Fati propose une intro plus lourde. Cette impression de menace va continuer le long des couplets, les refrains s'envolant de manière plus lyrique. Sur le titre Eve Digitale, l'aspect rock industriel s'affirme avec les guitares qui accompagnent le chant mélancolique. Même type de construction sur Shush, aux couplets plaintifs et au refrain montant en puissance, restant en tête facilement. Also Sprach Zarathoustra, martial et énervé, La chanson la plus violente de Eve Digitale, jouant avec l'aspect froid de la langue allemande dans les musiques industrielles dans cette référence à l'œuvre de Nietzsche. L'ensemble est suffisamment varié pour s'écouter d'une traite sans toutefois perdre sa cohérence. Un groupe qui a compris que l'on peut faire des musiques industrielles et sombres d'une autre manière que 90% des autres formations. Un premier jet convaincant.