Chronique | Motörhead - The Wörld is Yours

Mantam 14 décembre 2010

Motörhead est une valeur sûre. Vaisseau pirate voguant en tête du monde Rock N Roll et ce depuis plus de trente-cinq ans maintenant. Chaque nouvel album est une pièce d'artillerie supplémentaire à une discographie tout aussi édifiante quʼefficace. Dʼun album de Motörhead, on nʼattend rien dʼautre que du “Motörhead” pur et dur ! Depuis toujours, l'identité du groupe est portée comme le blason d'intégrité du monde Rock N Roll et Metal, affichant aux yeux de tous “une valeur musicale sûre” ! A savoir, un groupe qui fait la même musique depuis le début, avec le même son et la même conviction, et qui la fait terriblement bien ! Les albums sortent avec une régularité assidue, histoire que tout le monde ait sa dose de manière régulière ! Ce nouvel opus, intitulé « The Wörld is Yours », nʼest pas anodin car il s'agit du vingtième album-studio du groupe, et si son titre est évocateur, les paroles des dix chansons qui le constituent démontrent clairement quʼil nʼest en rien hasardeux. De Motörhead, on retient surtout lʼimage dure, expéditive et sans compromis du groupe, qui l'a depuis bien longtemps élevée au delà du culte mais bien comme philosophie à part entière. Motörhead c'est aussi, par le biais de la plume de Lemmy Kilmister que lʼon ne présente plus, un regard critique sur le monde qui nous entoure et un message adressé directement à tous les fans. Le message ici est lucide et explicite. Cet album est à lʼimage de notre époque, sauf quʼil y figure comme une bouffée d'oxygène. En parallèle à ça, le son de lʼalbum - produit par Cameron Webb qui est loin dʼen être à son premier Motörhead - revient à la source de ce qui constitue le groupe : un peu moins “Heavy Metal” que les derniers albums, plus “Rock N Roll” sans pour autant perdre une once d'efficacité. Et ceci est dû notamment au jeu de batterie de Mickey Dee qui sʼest allégé pour revenir à quelque chose de plus brut tout en gardant la fureur quʼon lui connaît. On a ici un album assez agressif, qui va droit au but, sans passer par quatre chemins. Si le titre de lʼalbum peut sonner comme une passation de flambeau, l'énergie qui constitue ce dernier prouve le contraire. En revanche on sent dans des titres tels que “ Get Back in Line “ ou “ I Know How to Die “ une certaine lassitude morale, due au temps qui passe, à l'époque actuelle qui nʼen finit pas de contraster par rapport à un passé qui semble désormais lointain et lumineux. Mais réside aussi dans les textes de cet opus, de lʼespoir, à commencer par son titre, et puis aussi et surtout, il sʼagit bien ici dʼun grand album de Motörhead. Certifié ! Alliant lʼesprit du passé aux prises de consciences actuelles. L'énergie y est intacte, voire exacerbée ! Ces dix morceaux explosifs remettent les points sur les « i » comme seul Lemmy sait le faire, et rappellent encore une fois que le RockʼN Roll nʼest pas seulement une musique mais bien un véritable état dʼesprit avec un mode de vie et une vision bien particulière des choses. Comme ils le disent si bien : « Rock n Roll music is the true religion » (Rock N Roll Music). So, Get High and Enjoy !