Chronique | Machina Deus Ex - Figurines

Pierre Sopor 07 mars 2008

Voici enfin le très attendu premier album de MACHINA DEUX EXFigurines. Sur le maxi Unease, déjà, le groupe frappait fort, aidé par une production impeccable. Savant mélange de passages electros (l'intro planante de Enioreh Ym) et de metal aux guitares nerveuses, la musique de MACHINA DEUS EX se démarque par son intensité. Celle-ci naît aussi bien des compositions subtiles que du chant alternant entre la voix féminine de Sandrine, plutôt envoûtée, et celle, plus dure et tendue de Gregory. On est pris par les tripes. La meilleure illustration de ce duo au chant est le titre ouvrant l'album, N.W., les deux voix montant avec un déchaînement de guitares, parmi des passages electros travaillés assurant un lien ambiant du meilleur effet. L'album possède ses gros titres tels que Carcinogenic ou l'énergique Deep Coma, mais aussi des passages plus soft comme Enioreh Ym ou So Tired. L'expérimentation dont fait preuve le groupe les rapproche parfois plus de A PERFECT CIRCLE ou DEPECHE MODE pour l'aspect sublimé, tout en gardant des racines metal bien lourdes. L'influence de PARADISE LOST est, elle aussi, évidente. MACHINA DEUS EX propose donc une musique variée et originale, au rendu irréprochable. Sans hésitation un des "jeunes" groupes Français à suivre au plus près, et pouvant se permettre d'être ambitieux, sans rougir.