Textures + Exivious + Extremities @ CCO Jean Pierre Lachaize - Lyon (12 novembre 2017)

Live Report | Textures + Exivious + Extremities @ CCO Jean Pierre Lachaize - Lyon (12 novembre 2017)

Manon Nadolny 15 novembre 2017 Laurence Prudhomme Manon Nadolny

Extremities

Malgré l'affiche alléchante proposée par Sounds Like Hell Productions, le CCO de Villeurbanne est moins rempli que d'habitude en ce 12 novembre. Est-ce la faute au vent du nord qui pénètre jusqu'aux os, ou la conséquence d'un lendemain férié ? C'est en tout cas un dimanche placé sous le signe des adieux, car sur les trois groupes néerlandais au programme, deux ont d'ores et déjà annoncé leur séparation. D'ailleurs le titre de la tournée ne laissait guère planer le doute : A Farewell to Textures, last Miles to the Moon.

Le jeune groupe originaire de Eindhoven, EXTREMITIES, qui jouait à Lyon pour la toute première fois, a ouvert la soirée avec un metal progressif mais finalement assez costaud. Le chanteur Thimo Fransenn a pu alterner scream et chant clair sur certains titres plus mélodiques. Le set a été court, mais le public lyonnais a apprécié la fraîcheur et l'enthousiasme des jeunes hollandais.

 

Excivious

L'ambiance, bien partie pour se réchauffer va quelque peu tiédir avec le groupe suivant, EXIVIOUS, déjà présent en 2016 aux côtés de TEXTURES. Créé en 1997, ce groupe a eu tout au long de ces années l'ambition de mêler deux genres musicaux a priori opposé, le metal et le jazz fusion. Si la technique laisse admiratif, malheureusement, le public du CCO, peu habitué à ce style musical, sans chant, est resté un peu perplexe. Pourtant les mélodies sont intéressantes, le rythme ne manque pas, mais un lieu plus intimiste aurait été peut-être plus adapté. Le groupe qui se sépare à la fin de l'année, chaque musicien ayant des projets différents, a cependant séduit par son professionnalisme et sa sympathie.

 

Textures

Sur la scène maintenant aux couleurs du groupe, les musiciens de TEXTURES font leur apparition un par un, acclamés par le public, visiblement ému et ravi de les retrouver. Ils se produisent ici pour la troisième fois et n'ont pas oublié la chaleur de ce public lyonnais. On entre très vite dans le vif du sujet avec un set qui s'annonce comme un best of de dix ans de carrière. Les fans sont bien présents, décidés à donner de la voix et à profiter au maximum avec le groupe de ce dernier rendez-vous sur scène.

Metal progressif, metal extrême, parfois même metal symphonique, leur style oscille entre ces différents courants, parsemé çà et là d'un peu de metalcore (notamment au niveau vocal). Si la part belle est faite aux premiers albums, notamment Silhouettes, sorti en 2008, on notera aussi la présence de titres du dernier album Phenotype, comme Timeless, à la mélodie envoûtante, mais aussi Shaping A Single Grain Of Sand, qui s'étire entre ultra violence et légèreté. La voix du leader Daniël de Jongh à elle seule vaut le déplacement, capable de passer d'un growl puissant à un chant clair particulièrement prenant. Arrivé dans le groupe en 2010, il a su s'approprier les morceaux des premiers opus, comme il le prouve sur Messengers ou encore Swandive. Les critiques ont été unanimes concernant les albums de TEXTURES, saluant la richesse et la recherche musicale, mais aussi le fait que le groupe soit resté fidèle à son identité, malgré les changements de line-up. Une voix à l'aise dans différents registres, et une capacité à jongler entre riffs puissants et rythmes syncopés leur donnent une signature bien identifiable. Alors sur scène, les musiciens se donnent à fond, ils prennent du plaisir à jouer ensemble, notamment guitariste et bassiste qui multiplient les petites chorégraphies, et le public, entre headbangs et pogos, met l'ambiance. Les sourires sont sur tous les visages, c'est un vrai moment de partage. Un petit concours avec le public permet à Daniël de Jongh de nous impressionner et de montrer l'étendue de sa palette vocale.

Après un premier rappel, le guitariste Joe Tal, remonte seul sur scène avec une guitare sèche, un projecteur unique pour l'éclairer, le temps d'un interlude acoustique. Il est rejoint par le chanteur pour une reprise tout en douceur de Awake. Le public est attentif, appréciant ce moment de grâce après un concert de folie. Puis la der des der… les Hollandais quittent définitivement la scène sur Laments of an Icarus, qui sera donc le dernier souvenir que les Lyonnais emporteront du groupe.

Une page se tourne, désormais TEXTURES appartient au passé. Ils laisseront dans la mémoire des fans l'image d'un groupe exigeant musicalement, respectueux de son public et qui a toujours donné le meilleur de lui même en concert. Dix ans d'amitié, de tournées, de compos, ce n'est pas rien, mais les Hollandais ont fait leur choix, laissant un public un peu triste de cette décision.

Setlist:
01. Surreal State of Enlightenment
02. Regenesis
03. Old Days Born Anew
04 . Storm Warning
05. Reaching Home
06. New Horizons
07. Shaping a Single Grain of Sand
08. Messengers
09. Helmets/Polars
10 . Swandive
11. Zman
12. Timeless
13. One Eye for a Thousand
14. Stream of Consciousness
15. Singularity
16. Acoustic Solo by Joe Tal
17. Awake
18. Laments of an Icarus