Cancer Bats + Lord Dying @ Underground - Cologne (03 février 2016)

Live Report | Cancer Bats + Lord Dying @ Underground - Cologne (03 février 2016)

Cécile Hautefeuille 03 février 2016 Cécile Hautefeuile Cécile Hautefeuille

LORD DYING

Une fois n'est pas coutume, VRDA s'est aventuré du côté hardcore de la force. Et c'est avec plaisir que nous avons découvert l'Underground, salle colognaise dédiée à la scène... underground bien sûr. Et plus c'est dark, mieux c'est. La salle est en fait optimale, très agréable, magnifiquement décorée et dotée d'un petit jardin qui, en d'autres saisons, sera bien utile. L'opener de la soirée est le groupe de Portland LORD DYING. Le trio se présente sobrement sur scène et commence son set devant un public plutôt timide. Pourtant, les trois compères ne manquent ni d'énergie, ni de talent. Les riffs sont certes lourds et puissants, mais les mélodies n'en sont pas moins empreintes de lyrisme. Finalement, la partition est ce soir presque soft. On a plutôt affaire à du punk rock qu`à du hardcore. Alors certes, les pogos ne sont pas au rendez-vous, mais la musique reste agréablement hypnotisante et se savoure plutôt dans la tête que dans les airs. Un très bon concert.

CANCER BATS

Après l'interview accordée par le chanteur Liam Cormier une paire d'heures auparavant, j'ai hâte de voir le résultat sur scène. Mais à vrai dire, je ne sais pas où est passé Liam. Car c'est un tout autre personnage qui entre sur scène. Les membres de CANCER BATS sont restés une bonne partie de la soirée au merchandising, et le moins que l'on puisse dire, c'est que ce sont tous des anges, à la voix d'enfant et au regard pétillant. MAis les démons qui sont se présentent là sont tout autre. C'est une règle qui se confirment donc : plus gentille est la personne en vrai, plus diabolique et extraverti devient son personnage scénique. Impossible de résister à la fougue du groupe. Ça court partout, ça hurle évidemment, et ça pogote un maximum. L'Underground se transforme instantanément en une cage de mâles transpirants, avec l'odeur qui va avec bien évidemment. Chose également remarquable, Liam prend régulièrement le micro pour plaisanter. Et déjà à la fin de la deuxième chanson, il s'occupe de supprimer les seules lights qui éclairent la scène mais qui l'empêchent d'être en connexion avec le public. À présent, le concert se déroule dans le noir, dans les ténèbres et la sueur. Un vrai concert de hardcore comme les fans l'apprécient. Et des fans, c'en sont. Le bière et le pogo, oui, mais même les plus excités du lot chantent toutes les paroles en choeur avec le groupe. Un concert que CANCER BATS ne risque pas d'oublier.