Sieben - 2016-11-05

Interview | Sieben - 2016-11-05

Pierre Sopor 02 novembre 2016 Pierre Sopor

Avant de devenir un album complet, The Old Magic a été une série d'EP sortis l'an dernier. Est-ce un moyen de toujours avoir du neuf à offrir ? Avais-tu prévu de finir par sortir un album à partir de ces formats plus courts ? 
Mon idée initiale était de sortir trois EPs disponibles uniquement sous forme digitale. Tout de suite après avoir sorti le premier, j'ai reçu énormément de messages me demandant quand le CD sortirait physiquement ! J'ai dit qu'il ne sortirait pas, et les gens ont répondu que c'était injuste ! J'ai fini par céder et ai décidé de les assembler sur deux disques. À la base, sortir des EPs me permettaient d'explorer des morceaux plus longs, avec un aspect plus rituel, mais ça ne fonctionnait pas aussi bien une fois sur CD. Huit pistes de dix minutes, c'est beaucoup demander à l'auditeur. Je les ai donc remaniées pour que ça fonctionne aussi bien au sein de l'album. 

Ton précédent album Each Divine Spark n'a que deux ans ! Travailles-tu tout le temps sur ta musique, ou as-tu de soudains pics d'inspiration ?
J'essaye de préserver ma créativité et de la contenir, un peu comme un barrage. Pendant cette période, je fais des concerts, et sors le dernier album que j'ai achevé. J'essaye de ne pas écrire ni enregistrer en studio pendant ces périodes et concentre mon énergie pour donner vie à mes derniers travaux en date, afin qu'ils soient enfin entendus. Une fois terminé, je peux attaquer un nouveau disque ou projet, l'esprit tranquille. Pour The Old Magic, ça a été plus long que d'habitude, puisque comme je le disais, je n'avais prévu que des sorties digitales au début...

Peux-tu nous présenter ce qu'est The Old Magic, de quoi parle-t-il et ce qu'est la vieille magie ?
Dans mon esprit, The Old Magic se déroule en Europe, aux alentours de la conquête romaine de la Grande-Bretagne, bien que j'y voie un parallèle frappant avec les événements politiques de cette année au Royaume-Uni et en Europe, qui se sont infiltrés dans le processus de création. Dans le morceau Old Magic, je n'utilise que le Vieux Norrois comme langue, des mots qui se sont infiltrés dans la langue anglaise au contact des Danois. L'idée derrière était que "la vieille magie" est l'enrichissement culturel apporté par la communication, la coopération et l'échange. C'est quelque chose qui me semble gravement menacé en Europe de nos jours. Je trouve ça magnifique qu'on ait pris leurs mots et qu'on les ait assimilés à notre culture. Il y a eu de nombreux conflits et même une certaine violence à l'arrivée de ces nouveaux mots à l'époque, mais aussi des liens qui se nouent, une culture et du sang partagés. 

Parler du passé est-il pour toi un moyen de parler du présent ? Hillford Mindset (littéralement la "mentalité du fortin", un esprit de repli sur soi) pourrait tout à fait être un titre sur le Brexit...
C'est drôle, j'ai récemment retravaillé ce morceau pour une compilation pour en faire une version plus courte et plus lourde... et je l'ai renommée Brexit Requiem. J'ai écrit cette piste avant que les discussions sur le Brexit et le référendum ne commencent mais les thèmes ont correspondu de manière assez effrayante... L'idée derrière cette chanson est que si l'on s'enferme dans un monde hermétique, si on a cet esprit d'enfermement, de repli sur soi, qui émerge progressivement dans le monde, alors nous sommes condamnés. On progresse en approfondissant notre compréhension de l'autre, en assimilant et en partageant la culture et les idées. On le voit avec le réchauffement climatique : personne ne peut juste s'enfermer dans une mentalité d'insulaire : nous vivons dans un monde que nous partageons, où la pollution, les changements climatiques et les idéologies n'ont aucune notion de "frontière" ou de "pays".

Connais-tu le livre et la série qui s'en inspirent Jonathan Strange & Mr Norrel ? Il y est aussi question de vieille magie, de Roi Corbeau...
J'ai adoré cette série, j'étais captivé. L'idée même du Roi Corbeau et d'une magie ancienne cachée sous la surface de notre monde me séduisait et devait coller dans un de mes albums ! J'aime lier les choses, et les thèmes de mes chansons se retrouvent dans d'autres morceaux, dans l'artwork et créent un ensemble cohérent.

En France, nous ne sommes pas forcément familiers avec la mythologie de The Old Magic. Qui est le Roi Corbeau du morceau Come Raven King ? C'est un personnage effrayant, et pourtant tu sembles attendre sa venue dans ce morceau.
J'ai volé certaines paroles de cette chanson dans un poème écrit par mon père... Même si j'ai en fait piqué l'idée du Roi Corbeau à la série Jonathan Strange & Mr Norrel dont le monde caché en parallèle du notre s'accordait merveilleusement avec mes thèmes de vieille magie. Ce morceau est un appel à l'unité. Il est un reflet de ce que je pense du vote sur le Brexit que nous avons eu ici au Royaume-Uni, qui a radicalement divisé les gens. À mon avis, nous ferions mieux de rester aux côtés de nos voisins Européens, l'Europe a fait plus de bien aux plus démunis de mon pays que n'en a jamais fait Westminster. Mais malgré ça, "les dindes ont voté en faveur de Noël"...

Ton album a un son très primitif, avec ses percussions répétitives et hypnotiques, à la manière d'une incantation magique. Est-ce quelque chose que tu as recherché spécialement pour The Old Magic, ou est-ce surtout le résultat de ta façon de travailler en utilisant différentes boucles ?
Tout vient de cette idée que j'avais à la base de faire ces EPs digitaux. J'avais prévu que la partie principale de chacun serait composée de deux pistes de dix minutes. Partant de là, j'espérais avoir plus de temps pour explorer l'aspect hypnotique de la musique. Avec les boucles, il est possible de progressivement superposer les couches musicales. Cela prend un certain temps à se mettre en place et avec un morceau de dix minutes, j'ai le temps de mettre en place un beat ou une mélodie, et petit à petit y superposer un nouveau thème musical. J'aime cet aspect hypnotique et incantatoire, et j'en ai joué sur ce que j'ai écrit : souvent un chant simple auquel je finis par greffer des cordes ou un autre chant. 

Ta musique a toujours eu quelque chose de chamanique, ou druidique pour rester dans le thème. Entres-tu en transe quand tu joues ?
Tout à fait. Je me sens dans un autre monde quand je joue, et je disparais quelque part dans mon esprit. C'est là que fonctionne l'essence même de la musique de SIEBEN. Il n'est pas question de complexité ou d'ultra-dextérité. J'essaye de faire voyager l'auditeur dans un autre monde. 

Merci Matt ! Voudrais-tu ajouter quelque chose ?
Merci à toi. J'ajouterais juste que Redroom 019 sort en ce moment-même le nouvel album de 7JK, mon projet avec l'artiste polonais de musique électronique Maciek Frett. Ride The Solar Tide est notre deuxième album ensemble, est c'est un vrai voyage dans l'espace, avec son electro underground cosmique très années 80, et j'en suis très content ! 

Interview réalisée le 05 novembre 2016 par Pierre Sopor