Judas Priest - 2011-06-10

Judas Priest - 2011-06-10

Mandah 07 août 2011

Comment s'est déroulé votre passage au Hellfest hier ?
C'était incroyable ! Nous adorons les festivals parce qu'ils sont une combinaison de talents. C'est la rencontre de nombreux groupes très variés musicalement qui partagent de grands moments avec le public. Dans cette perspective, c'est très stimulant. C'est effrayant et excitant à la fois ! Nous nous sommes donnés à 100 % au Hellfest, ce que nous avons toujours fait, sans relâche. Et spécialement pour cette tournée qui est en quelque sorte une tournée d'adieu, c'est une célébration de notre musique... avec un sentiment nostalgique. La nuit dernière était immense, il y avait beaucoup de monde. Et je te dis pas combien c'était excitant car depuis de nombreuses années et pour beaucoup de raisons, JUDAS PRIEST n'a pu se produire en France. Nous étions disposés et fin-prêts à venir jouer chez vous mais la promo ne suivait pas alors ça ne marchait pas. Étonnamment, sur cette tournée nous jouons trois fois en France avec le Hellfest hier, le Zénith de Paris aujourd'hui et Colmar en Août. Ce sera la première fois que nous joueront pour un festival du vin (rires). Chaque pays est important pour nous, et nous savons que de nombreux fans français nous ont attendus. C'est spécial et excitant avant tout de jouer dans différentes régions.

Avez-vous pris le temps d'aller voir quelques concerts hier ?
Les festivals ne sont pas très pratiques, nous arrivons en général sur place très peu de temps avant de monter sur scène. Et les backstages sont juste fous, fous, fous. Je n'ai pas pu voir Ozzy. Il m'a envoyé un texto pour me demander "Pourquoi t'es pas venu me voir hier ?"... Non, c'est de la folie. Nous n'avons pas pu voir, mais nous avons pu entendre ! Et le public du Hellfest était BRUYANT ! Les festivals sont complètements différents de concerts isolés. Nous aimons les deux et on est impatients de jouer ce soir.

Il s'agit d'une tournée d'adieu. Cela signifie t'il que vous arrêterez de jouer lorsque la tournée sera finie ?
C'est une tournée d'adieu, oui... Mais ce n'est pas la fin. Il y a eu un malentendu concernant nos propos diffusés sur Internet. Laisse-moi t'éclaircir les choses : Les tournées "Metal" sont très difficiles, le temps passe et ton corps change au fil des années, donc oui, nous continuerons à nous produire en concert, nous ne partirons simplement plus dans ce genre de grosse tournée mondiale si souvent. Mais nous resterons toujours ensemble et nous ferons des festivals ici et là. Nous n'arrêteront pas de faire de la musique parce c'est ce que nous adorons et que ce n'est pas aussi éprouvant physiquement et mentalement qu'une tournée mondiale. Nous avons encore le sentiment d'avoir des choses à dire et à partager avec notre musique.

Avez vous écrit de nouvelles compositions ?
Oui. Nous avons tout de prêt pour un nouvel album. Tous les arrangements sont finis et beaucoup de morceaux sont déjà mixés.

Que pouvez-vous nous dire à propos de ce nouvel album ?
Nous allons essayer de renforcer notre identité, continuer ce que nous faisons de mieux et ce pourquoi JUDAS PRIEST est connu. C'est-à-dire, de gros riffs Heavy Metal martelés et des vocaux aigus et hurlés. En somme, un CD de Heavy Metal classique. Rien qui ne ressemble à l'album 'Nostradamus'. Ce sera un net retour aux sources de l'album 'British Steel' à 'Painkiller' et 'Sad Wings Of Destiny'. Ce ne sera pas aussi compliqué ou complexe que l'étaient les arrangements de 'Nostradamus'. Ça aurait été décevant de conclure notre discographie avec 'Nostradamus'. Nous sentions qu'il était très important de se re-focaliser et revenir vers ce qui a fait notre célébrité. Il sortira l'an prochain, il est presque terminé.

Quel est le secret de votre longévité ?
La passion pour la musique et les fans. Sans les fans, il n'y a pas d'inspiration. Tu peux avoir l'inspiration d'écrire une chanson, mais cette chanson doit être partagée. L'inspiration, en termes de motivation, est insufflée par les fans. Bien sûr, tous les artistes ont avant tout besoin d'être déterminés et auto-guidés par leurs propres besoins créatifs, mais ils ont aussi besoin d'être vus ou écoutés. A la base, tu le fais pour satisfaire ta propre créativité, mais tu ressens tout de même le besoin de le nourrir en le partageant.

Vous allez quelques fois sur internet lire quelques avis de vos fans ?
Je le fais, oui. Et quelques fois ça peut me rendre dingue. Ce n'est pas un très bon indicateur. Internet ne représente que quelques voix. ( N : Glenn arrive dans le tour bus et se joint à Rob pour l'interview. ) Glenn, elle était juste en train de demander si nous avions lu des commentaires sur des forums, et je disais que dans une certaine mesure nous essayons d'éviter car ce ne sont que quelques personnes qui s'expriment. Ce ne sont que quelques avis, pas ceux de l'ensemble de nos fans. De plus c'est anonyme, et dans l'anonymat, les gens adorent dire des choses très négatives pour attirer l'attention, faire parler d'eux. Le moyen le plus efficace pour nous, est de rencontrer nos fans aussi souvent que possible, prendre des photos, parler un peu musique. Là, tu sens que c'est plus sincère et plus vrai.

Qu'est ce qui représente pour vous le plus gros défit que vous ayez relevé ?
Personnellement, ce que je fais à présent est la chose la plus importante. Je veux dire par là que la nuit dernière au Hellfest était un concert génial, mais c'est fini maintenant ! Nous avons encore à nous prouver. C'est ce que nous tentons de faire nuit après nuit, après nuit, après nuit... Quand on arrive sur scène, on veut donner 100% de nous-mêmes pour offrir nos meilleurs performances. Du côté production, sortir un nouvel album-studio aussi tard dans notre carrière, est, je pense, une belle réussite, et je pense aussi que ça permet justement de montrer à nos fans les choses qui sont réellement importantes pour nous - La passion du Metal et la puissance du Metal - qui sont toujours vivantes en nous et nous avons encore beaucoup de plaisir et de satisfaction à jouer ces morceaux, de les enregistrer et de les jouer sur scène. En fin de compte, nous avons toujours était simple et direct. Pour sûr, il y a quelques points forts de notre carrière, comme notre tout premier concert, notre premier disque, notre premier album de platine et beaucoup d'autres choses, mais nous ne pensons pas vraiment à ça, car pour moi, tout ce que nous avons fait a une importance.

Prévoyez-vous de poursuivre vos projets solos ?
Oui, mais nous ne sacrifierons jamais JUDAS PRIEST. Le groupe passe toujours en premier !

Que prévoyez-vous après la tournée ?
Se reposer, avoir un peu de vacances... Nous devons finir ce nouvel album aussi !

Merci pour cette interview.
Merci.

Interview réalisée le 10 juin 2011 par