36 Crazyfists - 2015-03-01

Interview | 36 Crazyfists - 2015-03-01

Mandah 06 mars 2015

Le 16 Février dernier, 36 CRAZYFISTS a sorti son sixième album-studio sur Spinefarm Records ? son tout nouveau label. Intitulé 'Time And Trauma', ce disque marque le 20ème anniversaire de la naissance du groupe à Anchorage ! En concert à Paris (au Backstage O'Sullivans) ce soir, le 1er Mars 2015, nous en avons profité pour nous entretenir avec le chanteur, Brock Lindow, pour en savoir plus sur cette sortie après ces longues années de silence.

Peu de groupes peuvent se réjouir de fêter leur 20ième anniversaire. Comment te sens-tu par rapport à ça ?
Brock : Je suis très fier que le groupe ait atteint sa vingtième année. Je pense que c'est le souhait de n'importe quel groupe qui se lance. Quand tu débutes, tu ne sais jamais combien de temps ça va durer. On a eu notre toute première répèt' le 6 Décembre 1994 et célébré notre vingtième anniversaire le Samedi 6 Décembre 2014, dans le même club où nous avons commencé 20 ans plus tôt. C'était une nuit si spéciale ! Beaucoup de nos amis nous ayant soutenus depuis tout ce temps y ont assisté. Ça s'est déroulé dans notre ville natale. C'était émouvant et intense. Je me sens très chanceux de pouvoir fêter le vingtième anniversaire du groupe. Et on se sent plus forts qu'avant. Nous avons un nouveau label, un nouvel attaché de presse, un nouveau management qui travaillent d'arrache-pied pour nous. C'est génial d'être arrivé jusque-là. Je n'ai jamais autant donné d'interviews, et le nouvel album a enregistré sa meilleure première semaine de ventes. C'est la résultante du dur labeur de notre nouvelle équipe. Je me sens bien !

Les chansons du nouvel album ont un thème commun qui est lié au décès de ta mère. Je pense que tu en fais allusion avec le titre 'Time and Trauma', non ?
Brock : Oui. Les paroles suivent plus ou moins un thème similaire lié au décès de ma mère qui est arrivé entre le dernier album et celui-ci. La phrase « Time and Trauma » est la toute première ligne que j'ai écrite quand on a commencé à travailler sur ce nouvel opus. Elle englobe tout le thème de l'album. En gros, Time and Trauma fait allusion au processus du deuil, comprendre que la vie est fragile et la manière dont on peut faire ressortir du positif de ce genre d'événements tragiques. Voilà ce dont l'album traite. Avec la force du temps, le processus de guérison ? de cicatrisation, la gestion de la douleur ? se déclenche et se développe. Tu deviens capable de te focaliser sur les bons souvenirs au détriment des mauvais. Grâce au temps, je pense aux merveilleux moments que j'ai partagés avec ma mère. Ce disque a quelques chansons qui ne sont pas directement liées à son décès, certaines traitent de l'homme que je suis devenu, qu'elle aurait aimé que je sois... Globalement, Time and Trauma parle de la gestion du deuil, la manière de tourner quelque chose de négatif en positif. C'est quelque chose que je suis toujours en train d'apprendre. C'est un long processus qui mûrit en moi depuis ces dernières années.

Je suis que trop au courant. Je suis aussi dans ce processus d'acceptation. J'ai perdu ma maman récemment.
Brock : Je te présente mes condoléances.

Je te présente les miennes aussi. Quelle chose voulais-tu exprimer à travers les paroles et vis-à-vis de ce sujet si délicat qu'est la mort d'un être cher ?
Brock : La mort m'a trop souvent rendu visite, j'ai décoré bien trop de tombes dernièrement, mais écrire sur le sujet fut une expérience cathartique et thérapeutique. Je crois avoir renoué avec la musique et compris la raison pour laquelle je suis dans un groupe : pouvoir exorciser mes démons. C'était très spécial pour moi de redevenir capable d'utiliser la musique comme un exutoire émotionnel. Lorsqu'on m'a envoyé le son, je me suis senti reconnaissant qu'on me donne l'opportunité de pouvoir canaliser mes émotions, surtout au travers d'un médium qui me passionne. Cela n'a pas été facile à écrire. C'était un gros défi à surmonter, d'autant plus que je voulais que ce soit parfait. Évidemment, ça ne l'est pas, mais j'ai voulu donner le meilleur de moi-même pour y arriver. Je me suis poussé jusqu'au bout, j'ai donné 100% de ma personne. Le défi d'être bon était irrévocable. L'essence de ce disque réside dans le moyen de puiser au fond de soi la force de tirer le positif des moments les plus sombres de sa vie. C'était dur ! J'étais très proche d'elle, tu sais. Écrire cet album était comme me faire la conversation, c'était thérapeutique et j'ai réalisé combien j'en avais besoin dès que je me suis mis à la tâche.

Penses-tu qu'il puisse aider d'autres personnes en deuil. Que voudrais-tu que les gens en retirent ?
Brock : Mon écriture a toujours été évasive, si bien que chacun peut se forger sa propre opinion. Les gens peuvent en retirer ce qu'ils veulent. Mais tu sais, tout le monde a fait face à la mort ? ou y fera face un jour dans sa vie, chacun de nous a ses propres démons. Je pense que la majorité des gens peuvent s'identifier aux dires de l'album. Si ma musique les aide ? et je sais que c'est le cas parce que je lis les emails que nous recevons tous les jours ? c'est génial. C'est exactement ce que cet opus a fait pour moi. Autant qu'il fasse de même pour les autres !

Quelle chanson est la plus spéciale à tes yeux ?
Brock : Le titre « 11. 24. 11 » qui relate le moment où je me trouvais lorsque ma maman est partie. Je sais exactement où j'étais physiquement bien sûr, et mentalement.

Cela ne te met-il pas mal de chanter ces paroles chaque soir ?
Brock : Non. C'est ce qui est beau à propos du temps. Je me sens différent par rapport à ça. Je suis dans l'acceptation. Je suis toujours en train de surmonter cette épreuve et j'apprends toujours à gérer la perte de ma maman. Mais le temps a permis de transformer la tristesse en un mémorial de sa vie empli de tendresse, dans mon c?ur et dans ma tête. Certaines chansons sont vraiment déprimantes ? oui, bien sûr, je ne peux y échapper, mais je canalise mes émotions au travers du live en lui-même aussi. La musique m'aide à adoucir la douleur.

Les gens pensent que le nouvel album sonne comme ceux de la première heure, mais il y a forcément quelques nouveautés. Après vingt ans dans la musique, quel était votre but avec Time and Trauma ? Quelle direction vouliez-vous prendre, au niveau musical ?
Brock : Oui, les gens ont tendance à penser que la musique et le chant de l'album renouent avec nos origines, c'est génial parce qu'en règle générale la majorité des gens aiment la musique des premières heures des groupes qu'ils écoutent (rires). Je pense que notre principale volonté était de rendre hommage à l'identité du groupe... ce qui le rend unique. Je voulais m'assurer que le groupe vole de ses propres ailes. Je voulais m'assurer qu'on ne se perde pas dans le brassage des genres de certaines musiques. Je voulais un disque rock sombre et empreint d'émotions. Parce qu'en fin de compte, c'est l'identité du groupe. 36 CRAZYFISTS est un groupe de rock qui aime le metal. Je voulais des vocaux mélodiques, comme lorsque j'ai débuté.

Time and Trauma est le premier album avec Kyle à la batterie et Mick de retour à la basse. Musicalement, comment cela a-t'il influencé le disque ?
Brock : J'aime Tom de tout mon c?ur. Il restera toujours l'un de mes meilleurs amis. On jouait ensemble de la musique bien avant 36CF. Quand il a quitté le groupe, je n'étais pas surpris. C'est une bonne chose qu'il soit parti parce que c'est quelqu'un de très triste et à son contact, nous l'étions aussi. Il est le premier à l'admettre. Quand il a décidé de se retirer de l'équation, il ne restait plus que Steve Holt et moi. Buzz, notre bassiste de l'époque, était simplement un pote qui nous venait en aide. Il n'est pas bassiste, c'est un guitariste en réalité. Lorsque Tom est parti, Mick a immédiatement souhaité revenir dans le groupe et on a trouvé l'idée géniale. Nous n'avions jamais pensé qu'il reviendrait. Kyle est un mec que je connais depuis qu'il est petit. Il a remplacé une fois notre bassiste. Je me souviens être surpris en découvrant ses capacités et qu'il connaissait chacune de nos chansons. On a répété ensemble et nous voilà ici aujourd'hui. Les deux principaux compositeurs sont Steve et moi, ces deux pièces du puzzle ont toujours été là. Donc je ne sais pas jusqu'à quel point notre approche a changé depuis l'arrivée de nouveaux membres, ils apportent un peu de fraîcheur et de l'excitation. C'est agréable. C'est un peu bizarre de se sentir excité à ce stade du jeu. On s'éclate ensemble, on rit sur scène. C'est cool, on n'avait pas ri sur scène depuis des années. Je pense que vers la fin du dernier album, on jouait de manière automatique sans réel investissement. C'était devenu un job. Alors c'est une bonne chose que nous ayons mis du temps pour sortir cet album et de nous éloigner un peu de tout ça. Avoir Mick et Kyle rend l'approche plus simple, bien que les sujets que nous abordons sont plus sombres. Ils insufflent un nouvel air dans nos poumons.

En 20 ans, quel est le plus bel accomplissement de ta carrière ? Quelle est la chose dont tu es le plus fier ?
Brock : Notre 20ième anniversaire, le 6 Décembre 2014. Il y a eu beaucoup de hauts et bas, et je suis fier d'avoir surmonté tous ces défis. Je suis reconnaissant d'être là où je suis aujourd'hui. Je suis à Paris avec mes meilleurs amis, pour faire ce que j'aime le plus au monde, c'est incroyable. On a un nouvel album qui est accueilli positivement par les fans. J'apprécie la vie de nouveau.

C'est vraiment génial d'entendre toutes ces choses après ce que tu as traversé.
Brock : Merci. La clef est d'apprécier ce que tu as et où tu es à ce moment précis de ta vie. Après le concert, on va traîner un peu dans le bar avec les fans pour boire des bières ensemble.

C'était vraiment chouette de discuter avec toi.
Brock : C'était une bonne interview, merci.

Interview réalisée le 01 mars 2015 par