Chronique | Amanda Palmer - Sketches For The Musical JIB

Pierre Sopor 04 novembre 2016

En 2016, plus rien n'arrête AMANDA PALMER. Il y a eu des concerts des DRESDEN DOLLS, il y a eu un album de reprises enregistré avec son père, une version acoustique de Theatre Is Evil, un EP hommage à DAVID BOWIE... Et maintenant, ça : Sketches For The Musical JIB. Un titre descriptif qui dit tout ce qu'est cet EP : des ébauches pour une comédie musicale signée Michael McQuilken. Pour l'occasion, elle retrouve son ami Jason Webley. Les deux ont été artistes de rue en même temps et ont même été deux soeurs siamoises pour le projet EVELYN EVELYN : autant dire qu'on ne s'inquiète pas au sujet de leur complicité...
On ne va pas se perdre en présentations plus longtemps, d'ailleurs. C'est qu'il est court, ce disque, et qu'il ne passe pas par quatre chemins. C'est brut et spontané, sans artifice. C'est presque une démo, en fait, ou plutôt un brouillon, comme le dit son titre. Et c'est surtout tout bonnement génial. Dès les premières notes du piano mélancolique de The Box Song, avec son refrain surgissant comme à l'époque des DRESDEN DOLLS (on pense à Coin-Operated Boy), on sait qu'on va adorer cet EP. Déjà parce que c'est un plaisir pour les oreilles : le chant d'AMANDA PALMER passe par tous les registres (léger, menaçant, triste...) sans fausse note, et l'alchimie entre son piano et la guitare de Jason Webley fonctionne à merveille. C'est épuré, c'est simple, mais c'est beau. Mais la plus grande force de ces Sketches, comme souvent chez AMANDA PALMER, c'est leur puissance narrative. The Wolf Song a ses chuchotements flippants, The Boat Song ses explosions de rage, The Fear Song son phrasé rapide un peu à la STEPHEN SONDHEIM et sa montée en intensité, et enfin The Star Song sa mélancolie lors de couplets où l'on apprécie pleinement la voix de Jason Webley et ses refrains plus cyniques. Chaque piste a son ambiance, son âme et son histoire. D'ailleurs, chacune a aussi sa petite illustration enfantine, et une fois toutes mises ensemble on obtient la très belle pochette du disque. 
Sketches For The Musical JIB se présente comme une démo sans prétention, mais c'est bien plus. C'est une perle, un superbe petit disque onirique, entraînant, effrayant. C'est un conte que l'on raconte aux enfants le soir pour les faire trembler, les faire rêver et les faire grandir, tout ça condensé sur les cinq précieuses pistes que composent cet EP. Passer à côté serait bien triste.