Carpenter Brut @ La Cigale - Paris (27 mai 2016)

Live Report | Carpenter Brut @ La Cigale - Paris (27 mai 2016)

Julien 28 mai 2016 Julien

De toute la flopée d’artistes issue de la hype synthwave 80’s démarrée en grande partie à la sortie du jeu Hotline Miami, CARPENTER BRUT est celui qui, selon moi, crée vraiment la différence. Plutôt que de miser sur la quantité en sortant album sur album pour garder les fans au chaud, le bonhomme a pris le parti de soigner le moindre de ses titres, aussi bien dans la construction des morceaux, dans l’ambiance qui s’en dégage mais aussi dans les visuels qui les accompagnent. L'album Trilogy, qui regroupe ses 3 premiers EP, est une petite perle qui a connu un grand succès. Mais dans le monde de la musique électronique, le passage sur scène est une épreuve souvent synonyme de déception. Ce soir-là en tout cas à la Cigale, nul n’a été déçu.

21h tapante, le concert débute sur Escape From Midwich Valley, le premier titre de l’album. Quoi de mieux pour se mettre dans l’ambiance que ce morceau à la structure progressive et qui dispose d'une vraie montée en puissance. Le public réagit à merveille, déjà conquis au bout de quelques notes. Les gens chantent, crient, ils connaissent l’album par coeur et ça se voit (et s’entend). Ils attendent ce qui ne met plus de temps à arriver : le bon gros beat electro et la bonne grosse basse saturée qui font la force des morceaux de Carpenter, sur lesquels viennent se greffer quelques notes de guitare électrique. Et là, à l’instar d’un groupe comme THE PRODIGY, l’artiste a eu la décence de s’entourer de vrais musiciens sur scène, et ça claque. Le trio fonctionne parfaitement : on reconnait chaque morceau de l’album mais cette formation leur donne vraiment de la puissance. Après cette mise en bouche bien appréciable, le groupe enchaîne sur des morceaux plus rythmés et forcément plus dansant. L’ambiance dans la salle est incroyable, digne des meilleurs concerts de metal : ça bouge, ça saute, ça pogotte et ça slamme ! On aura même aperçu dans la foule un homme portant un masque de poulet, gros clin d’oeil au jeu Hotline Miami qui a largement contribué au succès de CARPENTER BRUT et auquel celui-ci rend par ailleurs hommage en fin de concert.

Visuellement, on n’est pas en reste avec une projection sur écran de mini-films d’horreur bien gores (âmes sensibles s’abstenir) : démons, meurtres, gerbes de sang viennent illustrer cette grande messe noire et on a l’impression de participer à un immense rituel satanique. L’artiste prouve avec ce show l'approche perfectionniste de son travail : rien n’est laissé au hasard et tout est fait pour que le public y trouve son compte.   La quasi totalité des titres de l’album est jouée (Obituary étant laissée au placard, tant mieux dirons-nous). On a pu entendre un étrange morceau très sympathique bien qu’inconnu (pour un prochain album ?) dont les seules infos ont été les lettres L-O-V-E diffusées sur l’écran (NDLR : il s'agit en fait du titre Chew BubbleGum And Kick Ass disponible à l'écoute ici - merci à @MrDuckTogo). Le titre Anarchy Road figure également sur la setlist, choix intéressant étant donné que c’est le seul morceau chanté de l’album (et on regrette du coup que le chanteur ne soit pas présent pour cette grande date parisienne, mais on ne peut pas tout avoir). Ce titre est par ailleurs suivi du morceau The Good Old Call, bonus track bien plus intéressante à entendre en live que sur album. Certains morceaux se payent également le luxe d’être légèrement remixés ce qui ajoute encore à leur puissance. Le Perv (mon titre préféré) se voit par exemple dôté d’une intro excellentissime. Enfin, le concert se termine par une jolie surprise dont je ne vous révélerai pas les détails et que je vous invite à découvrir par vous-même.

CARPENTER BRUT réalise donc le triplé gagnant : après avoir pondu un album quasi parfait et produit des clips tous plus géniaux les uns que les autres, il confirme son talent par une force scénique indiscutable. Si le Diable existe, il a en tout cas pris possession de mon âme ce soir-là, et il se nomme CARPENTER BRUT.

Setlist :

Escape from Midwich Valley
Division Ruine
Roller Mobster
Meet Matt Stryker
Wake Up the President
Chew BubbleGum And Kick Ass
Turbo Killer
Paradise Warfare
Run, Sally, Run!
Looking for Tracy Tzu
Anarchy Road
The Good Old Call
Disco Zombi Italia
SexKiller on the Loose
Le Perv
Hang'em All
Maniac