Dark Tranquillity + Red Soil + Miracle Flair + Equilibrium @ CCO Jean Pierre Lachaize - Lyon (FR) - 08 avril 2018

Manon Nadolny 09 avril 2018 Laurence Prudhomme Manon Nadolny

Red Soil

Très belle affiche ce dimanche 8 avril au CCO Jean-Pierre Lachaize de Villeurbanne, avec en head-liner le groupe suédois DARK TRANQUILLITY, accompagné sur leur European Atoma Tour par le groupe de folk metal allemand EQUILIBRIUM, mais également des espagnols de RED SOIL et des suisses MIRACLE FLAIR.
Il s'agit de la première des cinq dates françaises de cette tournée, la soirée organisée par Mediatone s'annonçait donc comme incontournable pour les amateurs de metal.

Il n'y avait quand même pas foule pour accueillir le premier groupe de la soirée venu d'Espagne. Les jeunes de RED SOIL ont pourtant montré au public lyonnais que le metal ne venait pas uniquement des fjords du Nord, mais que le Sud pouvait aussi réserver de belles surprises. Malgré l'étroitesse de la scène fort encombrée, et en quelques morceaux, avec leurs compos énergiques, les musiciens ont montré que malgré leurs deux années d'existence ils ne manquaient pas d'assurance et de métier. Une belle entrée en matière avec un groupe à suivre !

Miracle Flair

Si certains esprits chagrins dans le public avaient des doutes sur la présence d'une jeune femme dans un groupe metal, la ravissante Nicole Hartmann a montré qu'elle tenait largement sa place au milieu de ses trois musiciens. Le groupe suisse MIRACLE FLAIR a été LA révélation de la soirée. Avec sa voix mélodieuse et puissante juste ce qu'il faut, une belle simplicité et beaucoup de sourires, la frontwoman a séduit le public lyonnais très attentif.
Des mélodies agréables mais des riffs de guitare puissants, voilà une combinaison qui a plutôt bien fonctionné car au terme des six titres, la foule désormais plus dense a réservé de longs applaudissements au groupe, très reconnaissant de ces encouragements.

Equilibrium

De retour au CCO après leur passage triomphal en octobre 2016, les Allemands d'EQUILIBRIUM étaient attendus par de nombreux fans prêts à en découdre tout au long du set. La salle est désormais carrément bondée, la chaleur devient vite intenable, et sur les premières notes de Prey, c'est déjà la folie !
Les pogos sont lancés et il ne fait pas bond pour les âmes sensibles d'être au milieu du public. Il fallait être stratégique ce soir si on voulait ressortir intact du concert ! Le line up habituel est bousculé avec la présence à la seconde guitare de Kevin Storm (HEIDEVOLK), visiblement très à l'aise avec ses nouveaux camarades, en remplacement de Dom Crey. Le metal folk tout en puissance, servi par les growls rocailleux sur des paroles en allemand du frontman font fureur dans le public. Sur scène les musiciens sont comblés par tant d'énergie et le leader Robse encourage les Lyonnais à sauter sur les titres phares du groupe. Difficile de contenter tout le monde en un set de neuf chansons seulement, du coup le temps passe beaucoup trop vite.
Quelques anciens titres sont mis à l'honneur ce soir, notamment ceux de l'album Sagas (2008). Les slams s'enchaînent, arrivant jusqu'à la scène avec la complicité du chanteur, ravi de retrouver l'enthousiasme des fans. L'inévitable wall of death fait monter encore de quelques degrés la température de la salle. Et c'est avec un titre en anglais, Born to be Epic particulièrement fédérateur et qui colle parfaitement à l'esprit du groupe, que les Allemands quittent la scène, longuement ovationnés par la foule. De quoi préparer le terrain pour l'arrivée des Suédois de DARK TRANQUILLITY...

Setlist:
01. Prey
02. Heimat
03. Waldschrein
04. Verbrannte Erde
05. Blut im Augen
06. Die Weide und der Fluss
07. Unbesiegt
08. Apokalypse
09. Born to be Epic

Dark Tranquillity

Quelques bières plus tard pour certains, la grande majorité ayant choisi de garder la place conquise de haute lutte pendant le passage d'EQUILIBRIUM, la température des lieux s'approche de la fournaise pour l'entrée en scène de DARK TRANQUILLITY.
Le dernier album Atoma date maintenant de 2016, et a donné son nom à la tournée qui fera visiter toute l'Europe au groupe, avant de traverser l'Atlantique à l'automne prochain. A la fois fort, mélodieux, parfois triste, leur style de metal a évolué au cours des années pour aboutir à ce dernier et très bon opus, où l'émotion a trouvé sa place entre des morceaux particulièrement puissants. Sur les scènes du monde entier depuis 1990, le groupe se fait plutôt rare en France, d'où la foule qui se presse pour les accueillir.

Les Suédois ont du métier et ça se voit tout de suite, ils attaquent bille en tête avec Encircled, bien costaud comme on aime. La voix de Mickael Stanne (la faute à un mauvais réglage du micro ?) apparaît étouffée sur les premiers titres, manquant singulièrement de puissance. Si ce ne sont pas des showmen, ils assurent néanmoins sur scène, où leur professionnalisme et leur proximité avec le public, hélas trop rare à ce niveau, vont combler les fans. Ce sont de vieux routiers, qui connaissent toutes les ficelles du métier, mais ils font preuve en live d'un véritable enthousiasme, avec deux guitaristes qui échangent volontiers leurs places et donnent de la voix. Le chanteur n'hésite pas à se pencher sur les premiers rangs pour serrer les mains, au grand bonheur des fans qui s'entassent devant la scène. De l'arrière arrivent régulièrement slams et pogos et il faut avoir les pieds bien accrochés au sol pour ne pas être ballotés dans tous les sens. Apparemment le responsable de la crew suédoise n'apprécie pas la montée sur scène des slameurs et les repousse régulièrement dans la foule, geste pas du tout apprécié du public, d'autant que le groupe ne semble pas particulièrement perturbé par ces intrusions.
C'est d'une seule voix que public et groupe rugissent Final Resistance, tandis que les Lyonnais trépignent et sautent sur ce titre qui date déjà un peu, de l'album Damage Done sorti en 2002. L'ambiance ne faiblit pas, et le groupe qui a choisi de privilégier plutôt des anciens morceaux continue son set sans mollir. Un souffle épique flotte sur certains morceaux comme Icipher que le groupe interprètera lors du rappel. Et avec Misery's Crown la voix claire de Mickael Sanne surprend tout le monde, remarquablement limpide après plus d'une heure trente de scène. Lorsque vient le moment douloureux où il faut se quitter, on sent bien qu'il s'est passé quelque chose de fort entre les Suédois et les Lyonnais.

Si on pouvait se permettre un petit bémol sur la soirée, ce serait par rapport au son, pas toujours à la hauteur de la prestation des groupes. En tout cas, un grand merci à Mediatone qui a permis aux amateurs de metal de profiter d'une soirée de très belle qualité avec des groupes irréprochables.

Setlist:
01. Encircled
02. Monochromatic Stains
03. Clearing Skies
04. The Treason Wall
05. The Silence of Noise
06. Forward Momentum
07. The Mundane and the Magic
08. Final Resistance
09. Atoma
10. Force of Hand
11. Icipher
12. Terminus
13. Inside the Particle Storm
14. The Wonder At Your Feet
15. When the World Screams
16. Thereln
17. State of Trust
18. Lost to Apathy
19. Misery's Crown