Box and the Twins @ Gebäude 9 - Cologne (DE) - 07 octobre 2017

Cécile Hautefeuille 08 octobre 2017 Cécile Hautefeuille Cécile Hautefeuille

Depuis pas mal de temps, l'association colognaise Attaque Surprise organise concerts et soirées à tonalité dark, plutôt très dark même. Par malchance, VRDA a manqué jusqu'ici le travail accompli de ce promoteur, et presque par hasard, il se retrouve au concert de LEBANON HANOVER au Gebäude 9, installé sur les quais. Coincé entre le Tanzbrunnen, la Lanxess Arena et la Köln Messe, le bâtiment ne paye pas de mine. On dirait même plutôt un squat, dans lequel on a un peu peur d'entrer. La porte de la salle est fermée, et comme une dernière blague avant la soirée, un panneau affiche sur la porte que le concert est transféré dans une autre salle. Alors qu'en fait... pas du tout. Une fois à l'intérieur, on se rend mieux compte du potentiel de la salle. On s'attendait à un bar transformé en scène de spectacle, comme au Blue Shell, à la MJC ou au Luxor, les trois petites salles du centre ville. Mais le Gebäude 9 semble pour l'occasion gigantesque. On y case facilement deux ou trois Gibus. Et on se demande presque aussitôt pourquoi si peu de groupes viennent y jouer.

Avec pratiquement une heure de retard, la soirée débute avec BOX AND THE TWINS. Il est possible que vous connaissiez le groupe depuis cet été, car il fut programmé sur le MS Rheinenergie de l'Amphi Festival, ainsi qu'à la Stadtbad de Leipzig pour le WGT. Si vous les avez ratés, c'est un tort : le groupe colognais monte doucement mais sûrement depuis trois ans et n'est pas prêt d'arrêter son ascension. Il est originellement composé de Box, sa chanteuse charismatique, et de Marc et Mike, les jumeaux. Box, vous la connaissez sûrement au travers de son duo Burning avec notre hexagonale Hélène de Thoury et son projet HANTE. Pour les jumeaux, on repassera. Car Marc est aux abonnés absents ce soir-là. L'étudiant en médecine avait-il un autre labeur à accomplir ce jour-là ou est-ce un changement de line-up ? Toujours est-il que le guitariste est remplacé par... une claviériste. Mike troque sa basse pour la guitare, qu'il partage sur certains morceaux avec Box. Le reste est assuré par l'ordinateur.

De ce changement, guère de fâcheuses conséquences. Le set se déroule parfaitement, selon la mise en scène passive agressive de la chanteuse aux pieds nus. Si vous souhaitez un descriptif de la musique de BOX AND THE TWINS, sachez que le groupe a horreur des boîtes dans lesquelles on aimerait les faire entrer. Pour les plus sceptiques, on dira que c'est un énième groupe de shoegaze qui joue sur toutes les reverbs possible dans une ambiance sombre et blasée. En fait, il est peu de groupes du genre qui se différencie, et c'est pourquoi BOX AND THE TWINS revient tinter à nos oreilles. C'est l'exception qui confirme la règle, le groupe de dark pop qu'on attendait depuis longtemps. Retenez-le, car vous n'avez pas fini d'en entendre parler.