VerdamMnis Magazine - Music Promotion

Schwarzschild

“Radius„

Tanz Mitth'Laibach 12 juin 2017

Depuis longtemps les musiques gothiques se sont unies aux claviers électroniques et industriels, le mariage a été célébré en Allemagne au début des années 90  : formé en 2016, SCHWARZSCHILD est l'un des nouveaux-nés de ce couple connu sous le nom de darkwave, Radius est son premier album. Il ne s'agit cependant pas ici d'une darkwave oppressante et torturée à la DAS ICH : le groupe se qualifie lui-même de "goth-pop", revendique en particulier sa proximité à la synthpop. Pourquoi pas, en effet ? D'autres groupes darkwave comme KIRLIAN CAMERA ou même PROJECT PITCHFORK dans les années 2000 ont mêlé les deux genres, parfois avec un certain succès ; SCHWARZSCHILD quant à lui pousse le rapprochement bien plus loin, et cela ne peut qu'être intéressant.


Et l'intérêt pour le groupe décuple lorsque l'album commence sous les meilleurs auspices ! L'introduction instrumentale Gravitationswelle combine en effet une légèreté très pop à une ambiance subtilement angoissante, servie par des sonorités industrielles ; les deux pistes suivantes, Auferstehen et Bis Zum Ende Der Zeit poursuivent dans la même voie, le chanteur se joignant à la partie. On obtient ainsi une musique à la fois planante et sombre, dont la douceur introduit avec une certaine fourberie l'aspect inquiétant dans nos oreilles. On se régale, et on a hâte de découvrir la suite.


Hélas, l'album s'avère inégal, parce que la maîtrise des genres que mêle SCHWARZSCHILD l'est aussi : la partie pop de sa musique reste somme toute peu développée, au point de donner une impression de déjà-entendu ; ça ne pose aucun problème sur les trois premiers morceaux parce qu'elle est utilisée au service d'une ambiance plus originale, mais certaines des chansons suivantes telles que Ruf Der Nacht et surtout In Meinem Blut ont une orientation pop beaucoup plus prononcée qui est finalement moins bien maîtrisée. Cela manque de nuance, de nouveauté dans les sons et d'un chant moins plat, contrairement à ce que l'on peut observer chez d'autres groupes darkwave flirtant avec la synthpop tels que KIRLIAN CAMERA ou THE FROZEN AUTUMN. La qualité de Radius sera ainsi en dents de scie, alternant des morceaux où le mélange goth-pop nous saisit et nous fait quelquefois frissonner comme Auferstehen, Bis Zum Ende Der Zeit et son (valeureux) edit à la fin de l'album ou encore Heute à d'autres plus maladroits, où la fusion des genres semble avoir eu du mal à s'opérer.


Une fois l'album fini, on se retrouve ainsi avec une étrange impression, celle d'avoir entendu quelque chose d'intéressant et de plaisant mais d'inachevé, où de très bons morceaux côtoyaient d'autres donnant une impression de brouillon. Mais on ne perd pas de temps pour relancer l'album afin d'apprécier une nouvelle fois les premiers, et on attend avec curiosité la suite de la carrière de ce groupe qui s'annonce singulier.