VerdamMnis Magazine - Music Promotion

Helalyn Flowers

“White me in / Black me out„

Demona Lauren 31 mai 2017

On aimerait, parfois, rappeler que l'Italie recèle de bien plus de joyaux que LACUNA COIL. Pourtant, bon nombre de groupes metal ou industriels italiens peinent encore à se faire un nom sur le plan international. Ce peut être le cas de HELALYN FLOWERS qui, à la grande surprise de tout le monde, n'est pourtant pas inconnu de la scène dark electro pour autant. Fort de ses collaborations avec ANGELSPIT, ALIEN VAMPIRES ou encore BLUTENGEL, le combo composé de Noemi Aurora (chant) et Maxx (guitares) a su progressivement se faire un nom parmi les collègues artistes de la dark music grace la combinaison gagnante de gothique industriel et maîtrise vocale digne d'une Shirley Manson ou Cristina Scabbia. Si on devait dresser un rapide portrait des débuts du groupe, on ne pourrait évidemment pas négliger leur grande popularité naissante sur Myspace et Vampirefreaks après la sortie des singles E-Race Generation et Voices qui propulsent le duo sur le devant de la scène dark et suscite la curiosité voire l'intérêt des plus grands médias comme Orkus ou Sonic Seducer. C'est finalement Alfa Matrix, label d'AYRIA, UNTER NULL, FREAKANGEL ou encore FRONT 242 qui les accueille peu après et lance leur album intitulé A Voluntary Coincidence. Depuis le combo italien s'est offert l'opportunité de partager la scène avec des artistes comme EMILIE AUTUMN, DAS ICH voire GOTHMINISTER. Le 17 mai 2013, Aurora et Maxx sortent finalement l'album White Me In, Black Me Out. Une bonne raison de s'y attaquer.



Les sonorités dark electro de Before The Sunshine retentissent dès l'entrée. La combinaison de sonorités claires et guitares électriques annoncent le ton très synth pop de l'atmosphère sombre et industrielle des guitares et chants. Collide vient néanmoins assombrir le genre de l'album tout en gardant un rythme relativement élevé qui rappelle les créations d'AYRIA sans la coloration candy torturé. Le troisième titre, White Me In, Black Me Out, est ainsi celui qui donne le nom à l'album intégral. On devrait s'attendre à ce qu'il résume l'atmosphère de l'album tout entier. Plus aérien, le morceau reste néanmoins très porté sur cette combinaison de qualité vocale gothiques sur fond mélodieux électro industrielle. Ironiquement, on irait même jusqu'à dire que le groupe s'appuie sur des tons parfois dance pop. Tribes of the Future est, quant à lui, un titre qui commence de manière originale, d'inspiration cinématographique voire apocalyptique, et qui sonne davantage industriel que les précédents. Le fond musical aurait bien fait un clin d'oeil aux titres les plus rock n'roll de Manson. Ce sont, néanmoins, les voix de Noemi Aurora qui distancent le titre de ce qui a déjà été fait et honore l'album d'un titre assez intéressant et riche en puissance. Ajouté au tout,une poignée de guitares plus lourdes qui ajoutent un aspect plus metal voire hard rock. Alkaline Twins débute de manière plus glam dark electro, à la manière de RED QUEEN. Plus fumeux avant de se montrer plus toxique, le ton se trouve également assez sensuel grace à une technique vocale plus vaporeuse d'Aurora au sein de chaque couplet. Electric Night en est la suite logique. De manière intéressante, le dark electro du morceau vient se marier à des sonorités pop dance electro vintage des années 80. Le pont en est différent puisqu'il démontre plus vampirique et futuriste du morceau. Une combinaison gagnante. Le rythme de Rid of Me se trouve plus saccadé, plus irrégulier pour un morceau qui s'emballe finalement au beau milieu, toujours de manière très vintage. HELALYN FLOWERS est décidément un groupe bien à part. Shake est un titre haut en rythme mais toujours mystérieux. THE CURE et GARBAGE auraient apprécié. Plus qu'un simple titre, il sonne néanmoins comme la voix du sol-sol d'une interlude. Quoi qu'il en soit, Shake a tout ce qu'il faut pour constituer un véritable morceau à part entière. Bien différent du reste de l'album rien que par sa composition, Utopia est un drôle de mélange de mélodie fantasmagorique et de lyrisme à la WITHIN TEMPTATION. Il constitue probablement l'une des plus fins de morceaux également. Avec Hi-Tech Medusa, voilà un titre bien plus dark alternatif doublé de futurepop. Lost in Translation, qui clôt l'album, a beau commencer sur des notes très rythmiques à la DEPECHE MODE, il en reste un titre très sombre. A l'image de l'album en général, il transgresse les barrières des genres et fait l'expérience de différentes catégories musicales. Oui, on peut vraiment dire que HELALYN FLOWERS aiguille toute curiosité !


English version here