VerdaMmnis Magazine - Music Promotion

Interview : NoGod

Mandah 01 janvier 1970

À l'occasion de la sortie de 'Renovate', le nouvel album du groupe de heavy metal japonais, NoGod, VerdamMnis a rencontré Dancho et Kyrie, respectivement chanteur et guitariste, dans les locaux de leur maison de disques, King Records、à Tokyo (JP). 

NoGod est un mélange de heavy metal traditionnel et de ballades pop-rock. Le groupe met également l’emphase sur son image avec du maquillage à outrance comme il est vu habituellement dans le visuel kei. Il y a un sentiment nostalgique qui ressort du tout. Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore NoGod, comment décririez-vous l’esprit du groupe ?
Dancho : Je pense que c'est une bonne description. Le visual kei est un mouvement propre au Japon qui n'inclue pas seulement le maquillage à outrance, il comprend aussi la performance scénique c'est-à-dire la façon de se tenir sur scène, de mener un concert. Il existe une très grande variété de groupes de visual kei, et de sous-mouvements. Dans notre cas, nous mettons l'emphase sur le maquillage mais nous jouons du heavy metal traditionnel et du hard rock dans ce qu'il a de classique. Nos venons originairement du mouvement visual kei mais les deux appellations nous conviennent tout à fait : NoGod est un 'groupe de visual kei' autant qu'un 'groupe de heavy metal'. C'est à vous de choisir l'une des deux cases selon votre ressenti, l'important pour nous étant la musique en elle-même.


Quelles sont vos sources d’inspiration (groupes préférés, artistes ou delà) ?
Kyrie : Il y a beaucoup d'artistes qui nous inspirent. Pour le nouvel album, 'Renovate', en particulier, je citerais Bon Jovi, Mötley Crüe, Aerosmith et les Guns N Roses.


Vous venez de sortir votre 7e album-studio ‘Renovate’ le 30 mars dernier. Pouvez-vous nous en parler plus en détails ?
Dancho : Cet album s'est fait par pulsion. Notre but initial était de créer un album qui condense tout ce que le groupe a fait de ses débuts jusqu'alors. Nous voulions un disque qui résume en quelques minutes notre évolution artistique, qu'il soit en définitif la cristallisation parfaite de notre parcours musical. Aussi, certains morceaux correspondent à un style ancien, un style qui nous caractérisait au début, tandis que d'autres sonnent plutôt comme le NoGod plus moderne. Je crois d'un point de vue personnel que 'Renovate' est à l'image d'un album best-of au niveau sonore, sauf qu'il s'agit entièrement de nouvelles chansons (rires).


Je vois. Il s’agit en plus du premier album album depuis la sortie du best-of ‘Voyage ~ 10th Anniversary Best Album' (2015.04.08). Rénover signifie faire du neuf avec du vieux, ce titre n'est donc pas anodin.
Kyrie : Oui, en effet. Avec cet album, notre intention première était de reprendre l'essence, c'est-à-dire les idées de base et l'esprit, de nos précédents albums, et de l'inclure dans cet album-ci.


Quelles étaient les étapes de création ?
Kyrie : En ce qui concerne les idées des chansons, certaines ont émergé dans nos têtes il y a 7 et 10 ans tandis que d'autres sont jeunes de 3 mois seulement. Pour la conception de l'album proprement dite, nous avons d'abord sélectionner les mélodies, des plus anciennes aux nouvelles compositions. Une fois ce choix fait, nous sommes passés par une phase d'arrangement, c'est le moment où l'on peaufine les compositions, leur squelette et orchestration. Une fois ce réaménagement musical achevé, Dancho s'est attelé à l'écriture des paroles. Les chansons ont été ensuite enregistrées en studio. Ce sont des étapes de création sommes toutes ordinaires.


Quels sont ses points communs et différences principaux avec vos précédents travaux ?
Kyrie : Ces deux points résident dans notre approche. Lors de la conception de 'Renovate' et 'Make A New World', le précédent album, nous nous sommes focalisés sur l'idée principal de chaque morceau plutôt que de penser au concept global de l'album. Chaque titre a été créé de manière indépendante, sans le poids de le faire coïncider à un fil conducteur général, ou thème principal. Cette approche de conception est le point commun entre nos deux derniers albums. En revanche, toutes les compositions issues de 'Make a New World' ont été écrites au même moment, alors que pour 'Renovate', certaines compositions sont vieilles de plusieurs années comme je l'ai mentionné précédemment, certaines ont été écrites avant même la sortie de 'Make a New World'.


Pouvez-vous nous en dire plus sur la pochette du disque ?
Dancho : À vrai dire, on voulait changer un peu l'image du groupe. Je pense que nous avons toujours eu un côté gothique mais il n'est jamais ressorti complètement. Nous avons ainsi voulu faire ressortir une esthétique gothique, dans le sens d'y 'renover' quelque chose. On a fait part de nos idées à notre designer qui a créer la pochette de l'album selon ces dernières.
Kyrie : Nous fois l'album enregistré, nous contactons notre designer, Monsieur Hasegawa, qui a conçu les pochettes de nos albums. Il s'est basé sur le mot 'Renovate', qui est le titre de l'album pour en concevoir l'artwork.



Quelle est votre titre préféré de ‘Renovate’ et pourquoi ?
Dancho : Mon titre préféré de l'album est 'killer clown' (キラー・クラウン). Je pense qu'il s'agit de la piste la plus barrée de l'album. On y ressent de la folie. Dans cette chanson, je parle d'un tueur en série connu sous le nom 'clown tueur'. C'est quelque chose que je n'avais jamais fait auparavant. Écrire des paroles sur ce thème-là, sur un tueur en séries, me rendait curieux, j'ai voulu m'y essayer.
Kyrie : En ce qui me concerne, je choisirais 'hikari' (光). Les autres morceaux de l'album ont été créés soit avant, soit au tout début de la conception du nouvel album, alors que 'hikari' a été écrite bien après, il y a quelques semaines seulement, quand tout était déjà quasiment mis en place. Son caractère neuf me plaît particulièrement.


Dancho, pourrais-tu revenir sur les paroles de 'killer clown' ?
Dancho : Tout d'abord, j'ai fait des recherches sur la façon de vivre et de penser de cet homme. C'était un personnage aux multiples facettes, il était intelligent et très rangé en apparence. Il se déguisait en clown pour amuser les enfants dans des hôpitaux mais au finalement, il s'est avéré très étrange, difficilement descriptible. C'était un homme très triste, je pense. Je n'ai évidemment jamais conçu qu'il puisse faire ce qu'il a fait, mais j'ai voulu parler de cette tristesse qui l'a amenée à ces nombreux crimes. Plus rien ne pouvait le sauver, il était complètement perdu. J'aimerais que vous puissiez lire les paroles.


Kyrie, y-a-t-il un solo de guitare ou riff que tu aimes particulièrement jouer ?
Kyrie : Pour cet album, un bon nombre de morceaux ont été conçus à partir de riffs de guitare qui me plaisent de jouer sans exception aucune, mais si je devais choisir, j'opterais pour la sixième piste, 'hakobune' (方舟). Sans riffs, cette chanson ne pourrait tout simplement pas exister. En ce qui concerne les solos, j'aime la construction des guitares de 'VAMPIRE'. Toutes les guitares ont été minutieusement travaillées. Il y a d'abord mon solo guitare, celui de Shinno (Gt.) puis un solo rythmique en duo avec Karin à la basse et moi-même à la guitare. C'est une structure assez traditionnelle, mais je trouve ces parties-là vraiment agréables à jouer.



Que pouvez-vous nous dire sur 'toki o koete' (時を超えて), la seule piste instrumentale ?
Kyrie : Pour être tout-à-fait honnête, nous voulions une piste instrumentale à caser au milieu de l'album. C'est la raison pour laquelle on a composé un titre instrumental. Ne pas inclure de paroles était l'idée de base, c'était intentionnel.


L’an dernier vous avez sorti un best-of, ‘Voyage ~ 10th Anniversary Best Album’. Après plus de 10 ans d’expérience, qu’est-ce qui vous motive à continuer ?
Dancho : Nous avons commencé il y a un peu plus de 10 ans et une décennie représente un sacré bout de temps. Cependant, j'ai l'impression que nous avons encore beaucoup à parcourir. Il nous reste plein de choses à faire, que ce soit au niveau de la musique même ou nos performances live. Je ne peux te dire exactement quoi ni comment, c'est un sentiment d'inachevé que je ressens. On peut faire bien plus. C'est une source de motivation. L'aventure continue !



Quels sont selon vous les 3 points les plus marquants de votre carrière ?
Dancho : L'un des points les plus marquants à ce jour fut la fois où nous avons pu faire notre premier one-man live. Je m'en souviens encore ! La signature chez une major également. Tu sais, le monde de la musique est assez difficile, beaucoup de groupes restent indies toute leur carrière durant. Ta famille est toujours plus soulagée lorsque tu passes major.
Kyrie : Oui, c'est vrai. Plus généralement, je crois que toutes les fois où nous avons rencontré des périodes difficiles qu'on a pu surmonter, sont devenues des points importants dans notre carrière.


Quel a été votre plus gros défi justement ?
Dancho : Il y a 2 ans, nous sous sommes produits sur scène en France. C'était dans le cadre de la Japan Expo. Il s'agissait de notre toute première représentation en Europe. On ne savait pas du tout à quoi s'attendre, on était dans l'inconnu le plus total. On a ressenti toute la difficulté que cela représentait de se produire sur scène comme nous le faisons habituellement au Japon, devant un public que nous connaissons. C'est devenu une bonne expérience au final. Après ce concert, j'ai vraiment eu l'envie de retourner jouer à l'étranger. Je crois que nous aimons le challenge (rires). Il faut réussir à casser cette barrière de langue avec la performance scénique. Il faut se donner corps et âmes dans la prestation pour faire passer notre message.
Kyrie : Pour rebondir sur ce que vient de dire Dancho, je crois que nous sous sommes focalisés sur la barrière de la langue, nos chansons étant en japonais. De plus, il y avait vraiment beaucoup de monde présent donc tout autant de gens qui ne nous comprendraient pas dès lors que l'on s'adresserait à eux dans notre langue maternelle, le japonais, entre deux chansons. Il nous restait donc notre musique, son énergie, notre performance scénique globale. Un vrai challenge... Après ce passage en France, on s'est dit qu'il n'y avait qu'à l'étranger qu'on pouvait ressentir certaines choses, j'aimerais pouvoir renouveler l'expérience. Et puis... les pâtes aussi ! J'aimerais pouvoir en manger de nouveaux à l'étranger (rires). J'en garde un bon souvenir (rires). Ah, et le fromage évidemment !
Dancho : Ah oui, hum (rires) ! Le fromage était vraiment très bon. Le vin aussi (rires) !
Kyrie : Les baguettes ! Je veux remanger du bon pain de France. Il faut que nous revenons !


Voudriez-vous ajouter quelque chose pour clore cette interview ?
Dancho : Nous allons jouer au Canada au mois de juin et juillet, nous avons hâte de rencontrer notre public étranger. Le heavy metal est un genre musical qui est né hors du Japon, mais avec le temps le Japon a su développer son propre rock et par extension le heavy metal, comme le visual kei l'a fait à l'étranger. De ce fait, je pense que notre musique vous sera accessible. Qui que vous soyez, puristes qui aiment le heavy metal traditionnel, ou ceux qui aiment le rock plus moderne, venez nous voir !
Kyrie : Oui, bien que nos chansons soient chantées en japonais, notre musique puise son inspiration en occident. Qui que vous soyez, vous pourrez apprécier pleinement notre musique.


Merci à vous deux pour cette entrevue.