VerdamMnis Magazine - Music Promotion

Interview : My Way My Love

Mandah 22 mars 2017 Mandah - English version -

Plus connu pour son travail dans THE MORTALside-project de Sakurai Atsushi, le frontman de BUCK-TICK — Yukio Murata, compositeur, guitariste et producteur japonais puise sa créativité dans le rock expérimental occidental, officie depuis de nombreuses années. Amoureux de Bob Dylan depuis ses 15 ans,  l'artiste sortira un nouvel album qui témoigne de cet amour et fascination par le biais d'une musique pop-rock mélancolique aux réminiscences de David Bowie où se mêlent guitares sèches, chant morose et guitares électriques distordues. Le disque sortira le 1er avril via File 13 Records. VerdamMnis s'est entretenu avec l'artiste dans le cadre d'une interview portrait, voici ses propos.


Pour commencer, pourrais-tu te présenter à nos lecteurs ?
Yukio Murata : Salut, je m'appelle Yukio Murata. Je joue de la guitare et chante pour My Way My Love. Je suis né à Amagasaki (Hyogo) au Japon, en 1969. J'y ai grandi, puis ai emménagé à Tokyo dès que j'ai atteint ma dix-huitième année. Mais je n'y suis pas resté bien longtemps, je suis parti en Californie à 20 ans pour jouer de la musique et étudier. Depuis, je bouge constamment entre le Japon, les U.S et l'Europe.


Qui et qu'est-ce qui t'a inspiré à te mettre à la musique ?
Yukio Murata : Voir Bob Dylan à la TV – J'avais 15 ans. Je l'ai simplement trouvé cool, la symbiose sonore entre la façon dont il grattait sa guitare et sa voix était hors-du-commun, je n'avais jamais entendu un son pareil. Je me suis mis à la guitare suite à la découverte de cet artiste.


Qui admires-tu le plus aujourd'hui ?
Yukio Murata : Il y a beaucoup d'artistes que j'admire mais Bob Dylan arrive clairement en première position. J'aime aussi Arto Lindsay, Thurston Moore et Andy Patridge.


Tu travailles actuellement en studio. Peux-tu nous en dire plus sur ce projet ? 
Yukio Murata : Je suis en train d'enregistrer de nouvelles compositions pour My Way My Love. Elles figureront sur un album qui sera disponible via File 13 Records en avril (ndlr. 1er/04/2017). Je joue également de la guitare dans d'autres groupes et m'occupe de la production pour certains artistes rock.


En studio, quel genre de personne es-tu ? Comment travailles-tu le plus efficacement ? 
Yukio Murata : Je suis toujours en train de bosser dans un studio d'enregistrement et je travaille à un rythme effréné. Je ne ralentis jamais la cadence, je m'y adonne jusqu'à l'épuisement – de midi à minuit, voire plus. Lorsqu'il s'agit de musique, je ne fais aucun compromis. Quand une idée me vient en tête, quelle qu'elle soit, j'explore ses possibilités dans les moindres détails. Je pense que c'est là où réside ma notion "d'efficacité".


Tu as un emploi du temps ultra serré. Quel est ton moteur de motivation ? 
Yukio Murata : Mon moteur de motivation est une mixture de café, d'alcool et de temps que j'accorde à ma personne. Si ces trois entités sont réunies, tout va bien, la machine peut continuer à fonctionner.


Comment décrirais-tu ton son ?
Yukio Murata : En ce qui concerne mes compositions, je crois qu'il réside un côté chaleureux. Quant à ma tonalité, je la décrirais comme étant une discordance froide.


Que gardes-tu en tête quand tu composes ?
Yukio Murata : J'essaye toujours de sortir de ma zone de sécurité pour dépasser les limites du déjà-entendu. J'aime me donner des défis.


Quelle est ta plus belle expérience musicale ?
Yukio Murata : En tant que musicien, je suis amené à visiter beaucoup de pays et d'endroits. Je garde de très beaux souvenirs en tête des différentes rencontres et fêtes tenues en ces lieux divers, des souvenirs des gens et promoteurs que j'ai côtoyés... Mais également le public qui est venu, et vient toujours, à nos concerts. Je me sens toujours très triste lorsque j'arrive à l'aéroport après une tournée américaine ou européenne, même si je sais que je reverrai ces gens un jour ou l'autre.


Quel projet a été le plus difficile à achever ? Qu'as-tu appris une fois le défi surmonté ? 
Yukio Murata : Quitter mon pays et amener mon groupe à l'étranger pour la première fois, il y a de ça 10 ans à peu près, était l'une des choses les plus dures à surmonter. Cela m'a apporté beaucoup de joie mais aussi bon nombre de défis. J'ai appris une quantité de choses à travers cette expérience, non seulement sur la musique, mais également sur la paperasse administrative, les contrats de travail, les procédures de visa entre autres.

Oui, le voyage est un grand professeur. Depuis l'enfant que tu étais à l'adulte que tu es devenu, que t'est-il resté ? 
Yukio Murata : Mon amour de la musique reste inchangé. Elle me passionne autant, elle est si irrésistible.


Qu'est-ce qui a changé ?
Yukio Murata : Je crois que j'écris de meilleures chansons, non ?


Quel est le dernier album que tu as acheté qui t'a complètement époustouflé ? 
Yukio Murata : "Skeleton Tree" de Nick Cave & The Bad Seeds.


Comment décrirais-tu l'année 2016 ? Des résolutions 2017 ?
Yukio Murata : J'ai été occupé par la création du nouvel album de mon propre groupe, My Way My Love, tout au long de l'année, j'ai aussi été pris par la production et l'écriture de musiques pour d'autres groupes. Mon nouvel album sera disponible en avril 2017, j'aimerais le jouer dans différentes villes.


Où te vois-tu dans 10 ans ?
Yukio Murata : Je me vois boire des coups avec les gens que j'aime.


Merci Yukio. Je te laisse le mot de fin pour les mélomanes étrangers. 
Yukio Murata : Venez me voir quand je jouerai près de chez vous. Je serais très heureux de vous rentrer. Merci beaucoup.